Vous êtes ici : Accueil > Sections CNU > 14 - Langues et littératures romanes : espagnol, italien, portugais, autres langues romanes

14 - Langues et littératures romanes : espagnol, italien, portugais, autres langues romanes

Les thèses se rapportant à la section CNU "14 - Langues et littératures romanes : espagnol, italien, portugais, autres langues romanes"

Pour être informé de la mise en ligne des nouvelles thèses correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    confidentialité
19 ressources ont été trouvées. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date Auteur Titre thèses par page
  • Représentations de la femme dans le théâtre espagnol contemporain. Corps et sexualité chez Laila Ripoll et Federico García Lorca    - Laurence Adelina  -  11 juin 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L'Espagne a connu de grandes transformations sociétales et dans la recherche, notamment dans le domaine des études de genre, thématique aujourd'hui omniprésente. Le théâtre est un art qui joue un rôle prépondérant dans l'évolution intellectuelle d'un pays et dans le changement des mentalités. Il permet ainsi de mettre en exergue l'évolution du rôle de la femme au fil des années. Federico García Lorca et Laila Ripoll analysent le rôle de la femme sous l'influence des conventions sociales, à travers le poids de la tradition et le confinement dans l'espace domestique en tant que mère et épouse. Cette image de la femme, ancrée dans l'imaginaire collectif, est contestée par les études de genre. En effet, il s'agit d'une construction sociale qui n'est pas innée : la relation entre l'identité sexuelle, l'orientation sexuelle et les représentations sont variables d'un individu à l'autre. Les personnages étudiés présentent des indices d'évolution, mettant en lumière les transformations auxquelles la société est confrontée. En dépit du poids de la société patriarcale, elles vont se rebeller, prendre des caractéristiques traditionnellement considérées comme masculines et affirmer leur sexualité même si cette attitude les conduira à être rejetées socialement. Le rapport au sexe, et par extension au corps, fait encore débat. Son corps ne lui appartient pas, il appartient à la société qui exige la perfection. Son corps est possédé à travers la domination érotisée, la violence machiste, la mutilation ou encore la mort. Ainsi, le corps de la femme, représentée sur scène, est sexualisé et soumis à l'injonction du patriarcat, ce qui a des conséquences sur les femmes dont le corps est stigmatisé.

  • Goldoni tra testo e scena : il rapporto fra autore e attore negli anni parigini    - Manciati Silvia  -  11 avril 2018

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le point de départ de ce travail se situe à l'intérieur du filon de recherche qui a tenté de réévaluer l'importance dans l'aventure goldonienne de l'étude conjointe des aspects scéniques et textuels de son œuvre, dans la mesure où il est inenvisageable de séparer ces deux versants dans l'analyse des formes dramaturgiques. Une fois considéré le profond inchevêtrement des pratiques scéniques et dramaturgiques dans l'œuvre de Goldoni, l'objectif premier de notre recherche a été donc celui d'enquêter sur les rapports entre l'auteur et l'acteur, le texte et la scène, au cours de la période parisienne (1762-1793), afin de restituer un tableau des systèmes d'influence réciproques, à l'époque d'un changement majeur du contexte socio-culturel de référence. Et cela en tâchant de maintenir sur l'œuvre de Goldoni un regard unitaire, à même de faire émerger des connections transversales et de connecter le synchronisme de l'écritoire, de la scène et de l'édition, sur le double versant italien et français. Dans la perspective de conjuguer les aspects littéraires et scéniques dans l'horizon d'une enquête critique, la période parisienne résulte particulièrement significative : le changement de contexte réceptif devient un paramètre révélateur de la spécificité de l'écriture de Goldoni et des variations qui s'en suivent. L'étude du rapport aux deux nouveaux contextes théâtraux de la Comédie Italienne et de la Comédie Française, ainsi que du lien maintenu à distance avec la scène vénitienne du Teatro San Luca, nous a permis d'observer les solutions méthodologiques de l'auteur pour faire face à ces trois contextes réceptifs différents. Si le rapport avec l'auteur en termes humains, théoriques et professionnels caractérisa la carrière de Goldoni toute entière, c'est à son arrivée à Paris que l'auteur fut contraint à une confrontation renouvelée avec la posture de l'auteur en tant qu'acteur de la vie de l'œuvre sur scène. Il dut alors parcourir à nouveau les étapes de l'affirmation de sa propre autorité-auctorialité, visant une nouvelle reconnaissance de son statut professionnel autant au niveau social, que symbolique et sémiotique. Nous avons cherché, donc, à considérer le rapport dialectique entre auteur et acteur comme le levier autant pragmatique que théorique sur lequel appuyer l'analyse de la parabole française de Goldoni, afin d'évaluer comment ces deux forces, dans la période prise en compte, ont exprimé leur autorité réciproque dans la bataille pour l'hégémonie de la scène. À travers le dépouillement des différentes typologies des documents disponibles, des sources journalistiques et anecdotiques contemporaines aux documents directs de la Comédie Italienne et Française et du Teatro San Luca, nous avons analysé la production de l'auteur durant cette période par rapport aux divers référents actoriels, en cherchant ainsi à vérifier comment ces derniers ont accueilli et élaboré cette instance dans la pratique de la scène et du jeu. Un regard d'ensemble posé sur les pôles de la scène et de la page nous a permis d'observer les choix de méthode de l'auteur, en faisant émerger des connections significatives sur les points de connections entre l'écriture goldonienne, les compétences des interprètes, leur adhésion aux mêmes principes de pratique théâtrale.

  • "Todo el 'mundo'". L'espace fictionnel et textuel de la Zona dans la construction de la forme "totale" de l'oeuvre de Juan José Saer. Proposition méthodologique pour l'analyse des dynamiques d'écriture à partir d'un fonds d'archives    - Bernabei Verónica Noelia  -  08 décembre 2017

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Dans cette thèse, nous proposons d'analyser les étapes de l'œuvre de l'écrivain argentin Juan José Saer (Serodino 1937-Paris 2005) à partir d'une carte de genèse des projets narratifs. Cette carte expose les phases pré-rédactionnelles et rédactionnelles de chaque ouvrage édité. Par conséquent, la chronologie suivie n'est pas celle des éditions mais celle qui correspond aux périodes d'élaboration de chaque projet. À partir de cette carte, nous étudions les superpositions, les continuités et les ruptures entre les processus de rédaction des ouvrages. Le fil conducteur est l'espace diégétique et textuel de la Zona, présent d'une manière ou d'une autre au long de toute l'œuvre. Cet espace récursif, ses personnages et ses histoires, motive la lecture de l'œuvre de Juan José Saer en termes de « totalité ». L'étude des dynamiques qui définissent sa construction donne également un éclaircissement sur les enjeux sociohistoriques qui déterminent sa représentation.

  • Les représentations du franquisme dans la filmographie et les écrits de Fernando Fernán-Gómez (1921-2007)    - Dormoy Stéphane  -  17 novembre 2017

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Très peu connue de la jeune génération en Espagne, l'œuvre plurielle de Fernando Fernan-Gómez l'est encore moins en France, hormis des hispanistes et spécialistes. De fait, lorsque l'on évoque FFG, c'est toujours l'acteur devenu monstre sacré du cinéma espagnol qui s'impose, avec ses quelque 200 films. Acteur très populaire pendant le franquisme (années 1940-50) dans des rôles type (moine, prêtre, missionnaire, militaire) et parfois estampillé acteur du régime par certains commentateurs, il sut donner à sa carrière un tournant décisif au début des années 50 en déployant une autre facette de son talent comme cinéaste «dissident». Il abordera des thématiques embarrassantes et dangereuses pour le régime et la censure (la folie, la prostitution, la dislocation de la famille, la satire de l'Opus Dei, la critique de la politique, la précarité du travail, l'hypocrisie d'une société en proie à ses contradictions). Son œuvre cinématographique, de qualité inégale selon ses films de commande ou ses projets personnels, offrira deux chefs d'œuvre au 7ème art espagnol El mundo sigue et El extrano viaje mais lui coûtera des ennuis avec la censure et sera marginalisée. C'est d'ailleurs de cette époque que date sa réputation de « cinéaste maudit » conséquence d'une pétition de soutien en faveur des mineurs des Asturies contre l'État franquiste qui aura de graves répercussions sur la suite de sa carrière. C'est justement à ce moment charnière qu'il modifia l'ordre établi et sa mise à l'écart du monde médiatique. Désesp_éré par cette situation, mis au ban, financièrement aux abois, il va prendre une nouvelle voie. L'écriture sera sa délivrance à travers différents projets restés depuis longtemps dans les tiroirs auxquels il donnera une deuxième vie. Un recueil de poèmes, des romans, des essais, des pièces de théâtre ... FFG venait de trouver une nouvelle ruse face aux censeurs et autres détracteurs qui avaient entravé sa progression. En 1977, il remporte le Prix Lope de Vega pour sa pièce de théâtre « mémorielle » Las bicicletas son para el verano : consécration pour celui qui, depuis l'enfance se rêvait conteur et avait étudié les Humanités à la faculté, stoppé dans son élan par la guerre civile. Ce drame autobiographique retrace la vie madrilène de plusieurs voisins d'un même immeuble, de condition et d'idéologies différentes en pleine guerre civile écrasés sous les bombes, tenaillés par la faim, la peur de la mort et l'incertitude des lendemains. Signalons dans cette veine ses romans ultérieurs, au départ radiophoniques comme El mar y el tiempo, El viaje a ninguna parte qui seront ensuite publiés et adaptés par lui au cinéma et forment avec son film Mambru se fue a la guerra une trilogie de la mémoire. À la lueur de ces propos liminaires il va s'en dire que cette thèse a pour objectif d'analyser Les représentations du franquisme et ses corollaires dans son œuvre cinématographique et littéraire en explorant entre autres choses les rapports entre Art et Pouvoir, création et censure, État franquiste vs liberté d'expression. Il s'agit de mettre en exergue la politisation des Arts, la modernisation et les mutations, le rôle de la mémoire et des marges, brefle rôle de l'artiste comme éclaireur. Et plus encore car il est question d'étudier les différentes modalités d'expression dans ce contexte autoritaire : codes, déviations, sous­entendus, messages brouillés ou à mots déguisés, clins d'œil pour tromper la censure et pour tenter d'exister dans un monde hostile. Tel est le postulat de ce doctorat qui prend tout son sens quand dans les années les années 70, jugé alors démodé, FFG acteur réussira à nouveau à crever l'écran grâce à des cinéastes comme Carlos Saura, Victor Erice, Jaime de Arminan qui lui confieront des rôles à contre-emploi dans une partition plus intimiste et intellectuelle, avant-garde, relançant ainsi sa carrière jusqu'à sa mort...

  • Les Forces alliées et associées en Extrême-Orient, 1918-1920. Les soldats austro-hongrois    - Snider-Giovannone Marie-Noëlle  -  15 décembre 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Cette thèse intitulée : Les Forces alliées et associées en Extrême-Orient, 1918-1920 - Les soldats austro-hongrois, concerne un épisode fort méconnu de la Première Guerre mondiale, terminée par le décret du 24 octobre 1919. « Quiconque, écrit M. George F. Kennan, tente de donner, sous un petit format, une idée valable des origines de l'intervention alliée en Sibérie, s'impose une tâche presque impossible » . Le retour en 1920 d'un soldat austro-hongrois italophone, en provenance de Chine, a généré cette thèse, il interpelle et interroge. Que sont allées faire les Forces alliées et associées en Russie en 1918 ? Les raisons de l'intervention se définissaient dans la reconstitution d'un front oriental pour soulager le front occidental, le soutien aux Armées blanches luttant contre les Armées rouges, le rapatriement des Légionnaires tchéco-slovaques. Mais il n'en fut rien. Dans ce conflit, le nationalisme utilisé et galvaudé servit à Masaryk pour fonder la première République tchéco-slovaque, le 28 octobre 1918. Les pays de l'Entente et les États-Unis qui l'ont soutenu dans cette démarche n'ont poursuivi qu'un objectif, le démantèlement de l'Empire austro-hongrois. Outre la fin des Habsbourg, l'Entente ainsi que celles et ceux qui détenaient le pouvoir décisionnel voulaient la disparition des monarchies, excepté celle de l'Empire britannique. Tandis que les soldats des corps expéditionnaires français, britannique et italien, aidés des Légionnaires tchéco-slovaques, combattaient les bolcheviks, Alliés et associés négociaient avec le pouvoir de Lénine. Le refus de l'Occident de reconnaître le gouvernement de l'amiral Koltchak, le fit échouer. Trahi, livré aux maximalistes d'Irkoutsk par les Tchèques, il fut exécuté le 7 février 1920. L'intervention des Forces alliées et associées en Extrême-Orient ciblait un objectif politico-économique. À la fin de 1919, le Conseil supérieur interallié (C.S.I.) rapatria d'abord les corps expéditionnaires, et seulement ensuite les prisonniers. À leur retour, les détenus austro-hongrois italophones connurent de douloureuses difficultés en Italie.

  • La mise en scène du je dans l'oeuvre de José Luís Peixoto : problématiques de l'écriture de soi    - Rego Vânia Cecília Almeida  -  20 novembre 2015

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le travail d'écriture de José Luís Peixoto met en valeur le Je par le biais de l'utilisation de formules inédites et d'une innovation constante au sein de l'écriture de soi, en mobilisant notamment des formes traditionnelles (contes, contes philosophiques, romans d'initiation) que l'auteur conjugue de façon à obtenir une manière nouvelle et ingénieuse d'aborder les territoires autobiographiques. Le jeu entre la fiction et le langage du Je, centré sur des récits de filiation, crée une écriture qui oscille toujours entre le domaine de l'imagination créatrice de fiction et les domaines de l'intime et de l'écriture sur soi, dans une espèce de pulsion double caractéristique de l'auteur. La force de l'œuvre de Peixoto résulte de l'alliance entre des thématiques qui découlent d'un regard idéologique sur la société portugaise contemporaine et un langage extrêmement lyrique et à forte charge symbolique, mettant en scène la ruralité par le biais d'univers tantôt réalistes tantôt oniriques et poétiques.

  • Le verbe ter : opérateur de localisation. Étude contrastive des variétés européenne et brésilienne du portugais à partir d’un corpus de traductions    - Christiano Caio César  -  21 mai 2014

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Cette thèse constitue une étude contrastive basée sur corpus de l’utilisation du verbe TER (avoir) en portugais européen (PE) et portugais brésilien (PB), Le corpus VPTrad, formé exclusivement par des traductions parallèles entre PE et PB de textes-sources français et anglais a été compilé pour la réalisation de ce travail. Dans le cadre de la Théorie des Opérations Énonciatives, le verbe TER est analysé comme un opérateur de localisation, contrairement à certains courants linguistiques qui le considèrent comme un simple verbe marqueur de possession. La possession ne constitue qu’une des nombreuses valeurs qui peuvent être présentes dans un énoncé où le verbe ter opère une localisation. Dans le cadre de la théorie sémantique de Bernard Pottier, un schéma est proposé qui permet la comparaison des valeurs des constructions avec ter en PE et en PB. Finalement, nous proposons une nouvelle analyse de la construction du pretérito perfeito composto (PPC) où le verbe TER joue le rôle de verbe auxiliaire. Selon notre hypothèse, le PPC densifie les occurrences dans un intervalle et n’est pas directement responsable des lectures d’itération et durée, jusqu’ici souvent associées à cette aspect.

  • L'oeuvre d'Alfredo Molano : sous le signe de l'hybridation générique    - Osorio Mejía Jesús David  -  19 mai 2014

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Alfredo Molano, écrivain et sociologue colombien contemporain, remet en question la concentration de la propriété terrienne et la distribution inégale des richesses. L'étude de son oeuvre explore trois axes centraux. Premièrement, la transformation de son écriture, qui évolue d'un format propre au discours scientifique vers le témoignage journalistique et littéraire. Cet écart par rapport à l'objectivisme scientifique entraîne un certain risque de fictionnalisation, que l'écrivain assume, car, d'après lui, il ne porte aucune atteinte à la factualité des récits et favorise en revanche leur lecture et leur diffusion. Nous avons également analysé la technique, chère à l'écrivain, de l' « imputation », consistant en la fusion de plusieurs témoins en un seul personnage, qui garde les traits des individus dont il s'est inspiré. Notre intérêt s'est aussi porté sur l'hybridation générique, puisque le Colombien fait appel aux récits de vie, de voyages et d'apprentissage, autant qu'aux textes sentimentaux, d'action et d'aventures, et à l'essai, entre autres. Cette confluence reflète la complexité d'une société féodale et postmoderne, et permet l'expression d'une variété de témoins hétérogènes, notamment les Amérindiens, les paysans, les activistes politiques, les délinquants et les prisonniers. Ils sont, pour la plupart, victimes de l'inégalité et du conflit permanent entre le centre hégémonique et la périphérie opprimée, deux pôles aussi flous que la violence est tangible, sanglante et multiforme. Alfredo Molano, comme la plupart des témoins, ne s'en tient pas au constat de cette violence, il la dénonce ouvertement et propose des solutions structurelles. Il s'oriente vers la construction d'une « mémoire historique », reconnaissant la souffrance des victimes, et vise une société non seulement hybride, mais surtout juste et égalitaire.

  • La maison close dans le roman contemporain dominicain : un espace de transgression ?    - Racon Carole  -  17 mai 2014

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La critique a souvent souligné l’absence d’une tradition littéraire en République dominicaine. L’ouvrage de Rita de Maeseneer, critique littéraire à l’université d’Anvers, et le récent intérêt des éditions espagnoles montrent que ce petit « pays de nulle part » (Pedro Mir) n’est pas dépourvu d’une histoire littéraire non seulement par sa richesse et sa diversité mais aussi par une singularité du roman contemporain que représente le roman de la maison close (novela del prostíbulo).Thématique récurrente, dont l’exploitation littéraire résulte bien plus de la lecture socio-historique du pays que d’un lien hypertextuel. Jusqu’en 1960, le roman « costumbrista » dominicain s’intéresse principalement au contexte local en témoignant d’une littérature soucieuse d’exister à travers sa propre histoire et ses particularismes. Les premiers romans de l’univers de la prostitution s’inspirent de la réalité sociohistorique dominicaine qui, au début du XXe siècle, vit s’accroître la prostitution au rythme de la migration interne, comme le montre le premier chapitre : « les espaces de transgression en question ». Notre deuxième chapitre : « les espaces de clandestinité et des transactions morales » analyse les représentations textuelles de la maison close en confrontant l’approche des auteurs à la notion de tabous. Si la société dominicaine n’échappe pas à la condamnation morale, qui frappe la prostitution, les textes posent un regard tolérant, compréhensif, attendri, voire complice sur le fait prostitutionnel. Instituée comme dispositif social, reconnu pour son utilité collective et individuelle, la maison close incarne la société dominicaine, dans un troisième chapitre, nommé : « La marginalité au centre du pouvoir, sens et métaphore de la maison close ». Toute une rhétorique de l’espace, à l’origine de métaphores multiples et significatives se développe transcendant ainsi le binarisme Bien/Mal et aboutissant à une présentation du « bordel » comme lieu d’émancipation, aux derniers jours du dictateur Trujillo. Envisagée, dès lors, comme construction sociale, la maison close comme la prostituée deviennent l’angle critique des écrivains dominicains contre les dynamiques internes du trujillisme. La transgression des règles morales finit par dépasser les limites du « bordel », transformé en miroir de la société dominicaine sous Trujillo par sa représentation géographique, son fonctionnement et ses répercussions sur une population soumise. Et dans ce « bordel » dominicain, le dictateur représente désormais le souteneur et la prostituée, l’archétype de la soumission. Les histoires personnelles deviennent des contre-vérités face à une Histoire officielle, « littéralement » battue en brèche par des romanciers, aspirant à la liberté. Cette déconstruction de l’Histoire réexamine les fondements du pouvoir, ses symboles et ses règles jusqu’à la démythification du dictateur, dans le quatrième chapitre : « La transgression à l’œuvre ». L’écriture se met en scène dans : « L’art et la manière de jouer la transgression » et le roman en tant que fiction se fait espace de transgression(s) au sens figuré cette fois. La partie intitulée : « satanisme esthétique », vient finalement consacrer l’avènement de la liberté à la faveur d’un ordre nouveau qui pratique l’outrance et libère la créativité. Décidés à rejeter tout absolutisme, les auteurs dominicains prônent dorénavant le pluralisme et l’hétérogénéité. L’espace littéraire dominicain s’ouvre ainsi sur un vaste horizon, dessiné par un langage nouveau, qui admet volontiers la dissolution postmoderne. Chez Pedro Antonio Valdez, cela aboutit à une véritable « carnavalisation » du matériau linguistique, chez Marcio Veloz Maggiolo, à la réalisation de soi. La maison close, la prostituée et le boléro réinvestissent ainsi l’Être dominicain dans son histoire et son identité, en s’associant à une démarche à la fois ontologique, mythique et culturelle.

  • Le mythe andin d'Inkarrí : catalogue raisonné des versions du corpus et analyse    - Omer Aurélie  -  18 décembre 2013

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La thèse se compose de deux parties, la première étant un catalogue raisonné des versions du mythe d'Inkarrí et la seconde une analyse du corpus ainsi défini. Le catalogue est constitué de 114 fiches correspondant aux 114 versions collectées par nos soins, 110 dans des publications et 4 auprès de membres de divers groupes autochtones à la faveur d'enquêtes de terrain. Les versions du mythe proviennent majoritairement du Pérou mais certaines d'entre elles sont issues de Bolivie, d'Argentine et du Chili. L'analyse du corpus se déroule en trois phases correspondant à trois chapitres. Dans le premier sont identifiés divers thèmes qu'Inkarrí partage avec un certain nombre de mythes issus de cultures n'ayant jamais entretenu de contact avec la civilisation andine : ceux de la résurrection, de la tête coupée, de la compétition et de la justification de l'ordre établi. Ces comparaisons soulignent la portée universelle du mythe d'Inkarrí. Dans le deuxième chapitre est entreprise une comparaison avec des diverses sources andines, d'origine coloniale ou contemporaine. Il en ressort que les séquences sur lesquelles portent les similitudes peuvent être regroupées en cinq familles : des fragments de mythes d'origine préhispanique, des évocations de la Conquête, des éléments issus de la tradition chrétienne, des mythes de portée locale et des réminiscences historiques non transmises par la tradition. Dans le troisième chapitre, qui se présente comme une synthèse, nous nous proposons d'établir les origines du mythe et de retracer les étapes de son évolution en soumettant le corpus à trois approches successives, la première structurale, la seconde géographique et la troisième philologique. Il s'en dégage que la version première était préhispanique et tournait autour de la rivalité d'Inkarrí et du roi des Collas. Sa diffusion s'est limitée au territoire correspondant aux actuels départements de Cuzco et Puno. Postérieurement à la Conquête eut lieu une réélaboration qui vit le roi d'Espagne se substituer au roi des Collas, suivie d'une expansion foudroyante dont le vecteur, selon nous, aurait été le mouvement religieux appelé Taqui Oncoy, dans les années 1560.

|< << 1 2 >> >| thèses par page

Haut de page


  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous.

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
these@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales