Vous êtes ici : Accueil > Écoles doctorales > Humanités

Humanités

Les thèses soutenues à l'école doctorale "Humanités"

Pour être informé de la mise en ligne des nouvelles thèses correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    confidentialité
25 ressources ont été trouvées. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date Auteur Titre thèses par page
  • Raconter le paysage par l'inventivité esthétique, matérielle et technique : Les paysagistes britanniques du Grand Tour et les communautés artistiques continentales 1760-1800    - Beaulieu Orna Marie-Claude  -  30 novembre 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Notre recherche se propose de suivre la voie choisie par les peintres de paysage britanniques du Grand Tour dans le dernier tiers du XVIIIe siècle pour remédier à l'ambiguïté propre au genre pictural, née d'un attachement à certaines références artistiques continentales concomitant à un désir d'affirmation d'une spécificité britannique. En cherchant à cerner d'un côté le contexte italique, où s'entrecroisent une tradition du paysage classique et une émulation artistique, et, de l'autre, les particularités de l'enseignement du dessin de paysage en Grande-Bretagne, ce sont les fondements de la pratique artistique qui sont d'abord examinés. Vient ensuite l'analyse de cette pratique elle-même, consacrée en grande part à l'exercice de l'étude sur le motif ainsi qu'à la recherche et à la mise en œuvre de procédés novateurs, utilisés pour répondre aux desseins esthétiques des peintres. Dans le même esprit, l'utilisation singulière qui est faite du support papier est étudiée afin de mieux mettre en lumière le rapport à la matérialité propre à la période. Enfin, notre étude s'intéresse aux différents modes de diffusion innovants adoptés par ces peintres pour faire connaître leur talent. Parallèlement, elle soulève la question des interactions artistiques dans ce milieu cosmopolite, suggérant quelques transferts de compétences des Britanniques vers les communautés artistiques continentales. Nous espérons ainsi montrer l'inventivité, qui suit une continuité logique allant de la formation reçue au partage des œuvres de voyage, ainsi à l'œuvre chez les paysagistes britanniques du Grand Tour au moment de son développement culminant.

  • Les artisans des Gaules et des Germanies romaines. Un essai d'histoire sociale (fin du Ier siècle av. J.-C. - fin du IIIe siècle ap. J.-C.)    - Caruel Marie-Sophie  -  09 octobre 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Malgré le dynamisme des recherches consacrées depuis plusieurs décennies à l'artisanat et, dans une moindre mesure, à ses acteurs, l'artisan des Gaules et des Germanies demeure une figure relativement mal connue de la société provinciale romaine, en raison notamment de sources rares, éparses et peu disertes. Fondé sur une approche d'histoire sociale, ce travail de doctorat brosse un portait des artisans de ces territoires à partir d'une documentation épigraphique et iconographique de nature essentiellement funéraire, votive et associative. Au cours de cette étude, la figure de l'artisan est abordée dans ses dimensions sociales, civiques et professionnelles au sein d'une réflexion articulée autour de trois grands axes. L'étude s'attache d'abord à définir le profil social des artisans (statut juridique, genre, âge, origines) ainsi que la position qu'ils occupaient dans la société des cités à partir de critères juridiques et économiques avant de se tourner vers l'analyse des conduites publiques et des rôles assumés par ces gens de métier dans la vie civique dans la mesure où ceux-ci étaient le reflet de prescriptions de conduite liées à leur statut social. Les pratiques et les comportements réglés sur ces statuts sont en effet autant d'indices permettant d'appréhender la situation de chaque groupe et de chaque individu dans la hiérarchie sociale. Le commentaire vise ensuite à éclairer la vie professionnelle des artisans. Après une présentation détaillée des spécialités techniques attestées, la réflexion porte sur la question du rapport au métier et sur l'existence de rapports au travail distincts au sein de ce groupe professionnel. Le statut juridique, la dépendance au métier et à ses revenus, la liberté du choix de l'activité, le cadre et les conditions d'exercice, la position au sein des hiérarchies professionnelles permettent de définir, selon le concept élaboré par J. Andreau, une dizaine de « statuts de travail » dans le domaine de l'artisanat (artisans indépendants, grands entrepreneurs, salariés, esclaves, artisans-légionnaires, apprentis, etc.). Ensuite, certains critères comme la conduite d'une activité commerciale ou l'exercice d'une activité sédentaire ou itinérante amènent à distinguer autant de pratiques professionnelles particulières. Derrière cette diversité liée à la nature des spécialités exercées, aux « statuts de travail » ou aux pratiques particulières, le milieu des artisans était uni par une culture professionnelle commune reposant sur la maîtrise d'un savoir-faire technique, fruit d'une période d'apprentissage et objet de transmission. Enfin, dans un troisième et dernier temps est abordée la question du partage d'une identité collective entre les artisans et de la place du métier dans la construction de cette identité. Cette question est abordée tant du point de vue des pratiques que des représentations mentales. Les discours funéraires reflétaient la vision que les artisans avaient de leur personnalité et les aspects de leur travail dont ils étaient particulièrement fiers et à travers lesquels ils souhaitaient se définir dans la mort. La mise en série de cette documentation parfois stéréotypée permet d'examiner la cohérence de ces messages à l'échelle de ce groupe professionnel ainsi que d'interroger le partage d'une conception cohérente de leur identité et de leur métier par les artisans. Par ailleurs, les différentes pratiques - cultuelles, conviviales ou funéraires - de ces professionnels donnaient lieu à des expressions épigraphiques laissant apparaître l'environnement social de ces travailleurs et l'influence de l'exercice professionnel sur leur sociabilité.

  • La politique étrangère américaine en Afrique de l'Ouest, de Bill Clinton à Barack OBama : l'étude de cas du Mali.    - Dembele Abel  -  14 décembre 2021

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Cette thèse s'appuie sur des théories des relations internationales pour étudier les stratégies de la politique étrangère étasunienne en Afrique occidentale et plus particulièrement au Mali. Dans la lignée de quelques travaux plus récents, notre objectif est d'aborder la question de la politique étrangère américano-malienne en adoptant une perspective qui ne soit pas circonscrite aux cadres classiques d'analyses, à savoir les études qui abordent la politique étrangère américano-malienne uniquement comme négligence et désintérêt. L'étude montre que le Mali occupe une position vitale dans le dispositif américain de politique étrangère en raison de la lutte contre le terrorisme international mais aussi des desseins américains dans la sous-région de l'Afrique occidentale. L'aide américaine en Afrique occidentale est demeurée sélective et liée à des données stratégiques, politiques et culturelles, englobant à la fois les pays de tradition anglo-saxonne et certains pays francophones cibles, dont le Mali. L'étude conclut que circonscrire la politique étrangère américaine envers le Mali aux seuls motifs sécuritaires est réducteur, car elle a aussi eu un impact sur la qualité de vie de la population

  • Nietzsche, Kafka et Benjamin : une autre philosophie de l'histoire    - Duclos Anne  -  21 octobre 2020

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Observateurs lucides de leur époque, Nietzsche, Kafka et Benjamin ont également mis en lumière la structure secrète de l'histoire et la manière dont elle s'enracine dans la subjectivité humaine. L'histoire est pour eux une façon de s'orienter dans le temps et d'entrer en rapport avec les temporalités passées et futures, dans une relation qui peut être de discorde et de refus, de nostalgie et d'admiration, d'entente et de solidarité, d'ignorance et d'oubli. Ils guettent les symptômes de l'histoire, qui est pour eux maladie, catastrophe, stagnation, mais dissimule peut-être en elle-même son propre antidote. Dans cette autre philosophie de l'histoire qu'ils proposent, le premier rôle revient à l'historien, qui est tour à tour philosophe, conteur, médecin et révolutionnaire. La tâche lui incombe de comprendre les faillites de l'histoire et d'en explorer les ruines. Faut-il poser le diagnostic en termes de barbarie et de nihilisme ? N'est-ce pas plutôt la narration, la fiction et le mensonge à l'œuvre dans l'histoire qui transforment celle-ci en entreprise de fabrication et de conditionnement des êtres humains ? La mémoire historique est mémoire de la faute, du châtiment et d'une dette que la monnaie de l'histoire ne parvient jamais à rembourser. L'autre philosophie de l'histoire de Nietzsche, Kafka et Benjamin est une philosophie combative qui cherche à modifier notre conception de l'histoire, à accomplir les espérances du passé et à conserver la mémoire de l'avenir.

  • Du citoyen au « fils de la Cité » : Essai d'histoire sociale sur l'imaginaire familial des cités grecques aux époques hellénistique et romaine    - Gasnier Nicolas  -  27 novembre 2020

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    En portant son attention sur l'attribution aux notables des cités grecques de titres honorifiques recourant au vocabulaire de la parenté aux époques hellénistique et impériale romaine, cette étude se propose d'éclairer, à partir d'un dépouillement de sources essentiellement épigraphique, plusieurs aspects de la vie institutionnelle, politique et sociale des communautés civiques, plus particulièrement par le prisme de la relation entre ces dernières et ses élites. L'imaginaire familial insufflé dans cette nouvelle rhétorique des honneurs est replacé plus largement dans les enjeux de la vie civique aux époques concernées, en dessinant dès lors les contours d'un portrait social des notables auxquels furent octroyés des titres honorifiques relevant d'une métaphore civique de la famille, pour ensuite analyser la portée symbolique du recours à un lexique familial pour décrire les rapports existants entre les notables et les communautés civiques. Selon une approche psycho-sociale et anthropologique, l'étude accorde enfin une place non négligeable aux mentalités et comportements collectifs, ainsi qu'à l'importance des rituels politiques à la base de l'identité de la communauté civique et des rapports de force internes à cette dernière.

  • Les conditions de la production artistique sous le directorat du marquis de Marigny, 1751-1773    - Gensollen Isabelle  -  13 décembre 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Dans la deuxième partie du règne de Louis XV, entre 1751 et 1773, Abel-François Poisson, frère de Mme de Pompadour, plus connu sous le nom de marquis de Marigny, est directeur général des Bâtiments du roi. Cette administration curiale est chargée de la construction, de l'entretien et de la décoration des résidences royales. Pour assurer le volet artistique de sa mission, le directeur général a la responsabilité de la commande de peinture et de sculpture, assure le gouvernement des manufactures lissières des Gobelins et de la Savonnerie, exerce la tutelle des Académies de peinture, sculpture et architecture, de leurs structures d'enseignement, et doit gérer les collections royales de peintures, figures sculptées et dessins. Cette étude, dont le fondement est l'analyse des fonds d'archives administratives, se propose de définir et d'analyser la place, le rôle et l'action du marquis de Marigny dans chacun de ces domaines pour la mise en oeuvre de la production artistique royale. Il s'agit d'en voir les modalités, les changements apportés, les résultats mais aussi les difficultés et les échecs. La finalité de cette recherche est d'apporter un nouvel éclairage sur ce directorat, lequel est fortement impacté par les difficultés financières de la monarchie et qui se déroule alors qu'un changement stylistique important dans l'histoire de l'art voit le jour, caractérisé par un rejet de l'ornementation rocaille et un renouveau du goût antiquisant.

  • Hétérogénéité et discontinuité dans les ballets d'André Campra composés pour l'Académie royale de musique (1697-1740)    - Goujon Jean-Philippe  -  03 décembre 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    André Campra composa onze ballets pour la scène de l'Opéra de Paris entre 1697 (L'Europe galante) et 1740 (Les Noces de Vénus). Cet aspect de sa production lyrique, salué par ses contemporains, a, par la suite, peu suscité l'intérêt des musicologues, l'historiographie musicale ayant longtemps considéré le ballet, hétérogène et discontinu, comme un genre mineur par rapport à celui de la tragédie en musique. Après avoir mis en avant le rôle que joua le dauphin, dit Monseigneur, dans la diffusion d'une esthétique nouvelle favorable à l'émergence du nouveau genre, ce travail se propose de montrer comment Campra transpose les goûts du prince dans ses ballets, et comment le musicien, en introduisant de nouvelles pratiques à l'Opéra, ouvre la voie à des spectacles toujours plus discontinus tels que les ballets composés de fragments. Sont ensuite étudiés les rapports qu'entretint Campra avec ses partenaires artistiques et commerciaux - l'Académie royale de musique et les éditeurs des paroles et de la musique des opéras - et la manière dont le compositeur, par sa pratique compositionnelle et son goût pour l'hétérogène et le discontinu, les contraint à modifier leurs propres pratiques. Enfin, la dernière partie de cette thèse, dans une dimension génétique mais aussi esthétique, est consacrée à l'étude de la façon dont Campra construit et transforme ses ballets au moyen d'ajouts, de retranchements, d'emprunts et d'auto-emprunts.

  • « Me voilà donc encore Barbaresque » : Les Français dans les régences d'Alger et de Tunis dans la seconde moitié du XVIIIe et au début du XIXe siècle.    - Guesdon Olivier  -  11 décembre 2020

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    En nous intéressant aux Français d'Alger et de Tunis dans la seconde moitié du XVIIIe et au début du XIXe siècle, nous avons cherché à mieux comprendre leur insertion dans une aire culturelle différente de celle dont ils proviennent, ainsi que les liens qu'ils ont entretenus avec leur pays d’origine. Étudier une communauté revient à s'intéresser aux conditions de vie, aux activités et aux intérêts des membres qui la composent, en pensant ces derniers à l'échelle de l'individu et du groupe. C'est aussi en comprendre les interactions avec d'autres Européens sur place, quelquefois originaires de pays en guerre avec la France. Qu'ils soient membres du personnel administratif (consuls, drogmans, chanceliers…), marchands et artisans établis entre les deux rives, ou encore captifs chrétiens amenés de force sur la rive méridionale de la Méditerranée, tous ont laissé des documents dans les chancelleries des consulats qui peuvent nous renseigner sur leurs activités et leur quotidien. En croisant la microstoria et l'histoire des relations internationales, l'étude de ces Français de l'étranger nous amène à analyser la manière dont ils se sont construits en tant que citoyen au cours des bouleversements politiques advenus à la fin du XVIIIe siècle. Cela nous permet plus largement, en dehors de toute réflexion téléologique, de penser l'existence d'une politique française en Méditerranée sur le long terme.

  • L'il s'agit sous-jacent au donné en phénoménologie. Fondements d'un concept philosophique de liturgie.    - Kanaan Oumar  -  29 novembre 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La place occupée par la dynamique en général dans la description du réel, en tant qu'il est tout ce qui se manifeste, s'est accrue tout au long du développement du projet phénoménologique. Le lexique de la mobilité, du mouvement, du changement ou de l'agir semble de plus en plus incontournable si l'on veut aller au-delà d'une description ontologique de la manifestation. Cette tendance s'est accompagnée de tentatives de cerner l'a priori corrélationnel en le déterminant à partir de l'événementialité et de la chair, qui seraient eux-mêmes les modalités dynamiques de la manifestation. Notre recherche a consisté d'abord en une exploration des aspects dynamiques de la description phénoménologique chez Heidegger, Maldiney, Barbaras ou Romano. Puis, nous avons élaboré une description centrée sur l'agir comme premier relief du réel afin de prolonger les différentes orientations que nous avons décelées chez ces auteurs. En effet, la première désignation du réel a pris pour nous la forme d'un « il s'agit » dont la dynamique élémentaire puis complexifiante a permis d'exprimer et d'articuler dynamiquement les concepts descriptifs classiques de « mouvement », d'« événement », de « chair », de « détermination/indétermination », de « valeur », d'« être », d'« advenir », de « phénomène », d'« apparaître » ou de « présence ». Toutes les prises conceptuelles sur le réel devaient désormais pouvoir se comprendre dans le cadre d'un agir sous-jacent dont les propriétés fondamentales sont données à travers sa forme particulière d'il s'agit. De la dynamique la plus élémentaire de ce dernier à celle multiple et complexe du jeu de l'apparaître et de la présence dans le phénomène, un chemin est tracé comme cadre de l'expérience humaine. Toutefois, la neutralité de ce cadre n'expliquant pas de manière suffisante certains aspects de la manifestation du réel, il est paru opportun de superposer à la dynamique de l'agir un développement ludico-dramatique dont l'articulation élémentaire, dans le cadre d'un deuxième relief, est un il se joue qui nomme le réel en tant que jouer-dramatique. De même, l'insuffisance de ce deuxième relief à rendre compte du caractère apaisant et salvateur de la manifestation nous a conduit à explorer un troisième relief liturgique d'un réel que l'on peut désormais surnommer il sauve. Là, une articulation entre la singularisation et l'absolutisation de ce qui se manifeste a semblé tisser cette trame du réel qu'est la liturgie. Elle permet à la fois d'échapper à l'aplatissement du neutre induit par l'agir et de surmonter l'épreuve de la dissolution dans le chaos qui hante le jouer-dramatique, et c'est en cela que le réel en tant que liturgie est nommément un il sauve.

  • Prolégomènes pour une psychanalyse phénoménologique    - Lafaurie Steve  -  08 novembre 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Psychanalyse et phénoménologie s'adressent toutes deux à l'homme. Elles cherchent à caractériser ses différences, au sein d'un monde que celui-ci contribue, par sa présence, à faire être. En partant de l'œuvre freudienne, nous verrons comment la thèse de l'inconscient fait toutefois perdre au symptôme sa dimension phénoménale : elle éloigne la psychanalyse de la compréhension de l'être-au-monde que pourtant celle-ci questionne.L'abord second de la Daseinsanalyse nous permet de recentrer le débat sur l'expérience thérapeutique que le freudisme semble avoir perdu de vue. Mais si la psychanalyse tend vers la philosophie, la Daseinsanalyse élabore un système qui a le double désavantage, d'une part, d'orienter la compréhension des symptômes psychiatriques, et d'autre part, de ne pas interroger la vérité intersubjective. D'où le recours à la phénoménologie : celle-ci permet de questionner aussi bien le mode d'être du discours psychiatrique que ses troubles. En considérant le symptôme dans sa phénoménalité, nous proposons une analyse des psychés avec l'idée qu'à partir de leurs différences un monde peut tenir ; un monde dans lequel le partage de la vie n'a d'égal que la fondation d'une histoire dont l'échange des mots témoignent.

|< << 1 2 3 >> >| thèses par page

Haut de page


  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous :


    ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...
 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
these@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales