Vous êtes ici : Accueil > UFR, institut et école > UFR de sciences humaines et arts (SHA)

UFR de sciences humaines et arts (SHA)

Les thèses soutenues à l'"UFR de sciences humaines et arts (SHA)"

Pour être informé de la mise en ligne des nouvelles thèses correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    confidentialité
132 ressources ont été trouvées. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date Auteur Titre thèses par page
  • « Mauvaises filles » : portraits de la déviance féminine juvénile (1945-1958)    - Blanchard Véronique  -  09 juin 2016

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Cette étude, qui porte sur la spécificité de la déviance féminine juvénile dans l’immédiat après- imguerre, s’inscrit dans une histoire de la justice, de la jeunesse et du genre. Á partir d’archives judiciaires, les dossiers individuels du Tribunal pour enfants de la Seine et du Centre d’observation de Chevilly-Larue, elle retrace, à travers les mots des « experts » et les paroles des jeunes filles, l’essentiel de la sociabilité juvénile féminine, tout en cernant le contexte social et familial des classes populaires dans le Paris de la Libération. Ces éléments permettent de mettre en lumière l’importance des normes de genre dans la société des années 1950 : une « mauvaise fille » n’équivaut pas à un « mauvais garçon ». Cette thématique est abordée en termes de parcours et de portraits. Ainsi se dégagent les trois figures centrales de ce travail : des délinquantes, peu dangereuses pour le corps social ; des fugueuses, nombreuses et inquiétantes car susceptibles de tomber dans la troisième catégorie, la plus menaçante : celle des débauchées. La dimension morale est donc au centre des attentes concernant les conduites féminines juvéniles. L’intervention de la justice, par conséquent, se présente essentiellement comme le régulateur des supposés débordements sexuels des adolescentes : le traitement judiciaire des mineures délinquantes, fugueuses et débauchées, se résume à leur enfermement dans des institutions religieuses. Tout en soulignant le poids de l’ordre moral et l’importance du contrôle social dans la décennie qui suit la Seconde Guerre mondiale, cette étude pointe néanmoins également la force de résistance et l’élan vital de certaines de ces « mauvaises filles », incorrigibles, qui se jouent des conventions et décident malgré tout de vivre libres.

  • « Kairos », le temps de la fin. Lecture philosophique de saint Paul    - Dieudonné Manuel  -  13 décembre 2014

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Ho kairos sunestalmenos estin, « le temps est écourté », écrit saint Paul à la communauté de Corinthe. La proclamation chrétienne plonge en effet le croyant dans une temporalité abrégée, pressée, contractée, comprise entre la Résurrection et la Parousie. La fin des temps est donc à la fois existentiellement imminente (« le Jour est tout proche ») et chronologiquement indéterminée (« le Jour du Seigneur vient comme un voleur dans la nuit »). Frappée par la surrection brutale d'une telle de crise dans la fluence chronologique, l'existence ne peut qu'en être sidérée. Cependant, malgré la pénurie d'avenir, le temps n'en continue pas moins d'affluer, et de l'angoisse (thlipsis) suscitée doit rejaillir une retemporalisation du temps lui-même. Explorer la temporalité à partir de l'imminence et de l'indétermination de la fin, expliciter le phénomène du temps à partir l'inquiétude eschatologique : telle est la tâche principale de ce travail. Kairos est le nom d'une telle tension existentielle chez Paul, dont les épîtres fournissent un riche matériau philosophique. Martin Heidegger a proposé en 1920 une approche phénoménologique du temps à partir de la situation d'urgence décrite dans l'épistolaire paulinien (Phénoménologie de la vie religieuse). Il était nécessaire d'en développer les prémices. Nous montrons d'abord, par une approche historique, que la conception paulinienne du kairos n'est réductible ni à l'épistémè grecque ni au « cosmos culturel » juif. Nous montrons également, par une herméneutique existentielle, que la tension du kairos (où se mêlent présence et attente) se résout dialectiquement dans une forme inédite de liberté. Nous détaillons enfin, puisqu'un certain savoir est toujours afférant à une situation temporelle critique, les nouveautés anthropologiques (renouvellement de la compréhension de l'homme), sociales (renouvellement de la signification de la communauté) et politiques (renouvellement du rapport au politique) dont l'expérience chrétienne primitive est féconde.

  • Verbes, agents et patients : questions de sémantique : étude de verbes de relations interpersonnelles    - Pariollaud Fanelly  -  04 octobre 2006

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le verbe, longtemps exclu des recherches portant sur la sémantique, n'est que depuis un passé proche considéré comme dénotant un concept d'action. Ce travail de thèse avait pour objectif d'étudier le verbe d'un point de vue sémantique, c'est-à-dire de déterminer si son traitement permet l'activation rapide d'informations sémantiques relatives à ses rôles thématiques d'agent et de patient. La question de l'organisation des concepts d'action est abordée conjointement avec celle du traitement des verbes par le biais de l'étude expérimentale de verbes de relations interpersonnelles. Les expériences de décision lexicale, utilisées ici, ont permis de mettre en évidence une activation automatique d'une représentation privilégiée - non associée - d'agent lors du traitement du verbe. Bien qu'une méthodologie identique ait été exploitée pour les expériences portant sur les patients, les résultats, eux, ne le sont pas. Il aura fallu la mise en œuvre de processus stratégiques pour mettre en évidence l'activation de la représentation privilégiée de patient. Ainsi, si le lien unissant le verbe à son rôle thématique "agent" peut- être considéré comme purement sémantique, celui l'unissant au "patient" pourrait bien révéler être de nature sémantico-associative.

  • Une approche situationnelle des effets du vieillissement sur la mémoire : Mécanismes cognitifs de la menace du stéréotype et intervention psycho-sociale    - Mazerolle Marie  -  03 décembre 2013

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L'influence des stéréotypes en vigueur dans nos sociétés fait depuis une vingtaine d'années l'objet de nombreux travaux expérimentaux permettant de rendre compte, au moins en partie, du maintien de certaines différences entre groupes sociaux, notamment en matière de performances cognitives. Les stéréotypes défavorables à certains groupes auraient pour effet de maintenir les individus qui en sont la cible à des niveaux de performance inférieurs à leur capacité réelle, contribuant ainsi aux différences observées. Précisément, la thèse défendue revient à considérer les différences souvent observées entre personnes jeunes et âgées en matière de performances mnésiques en référence à l'intervention de stéréotypes associés au vieillissement cognitif. Les quatre études rapportées non seulement nourrissent cette thèse, mais clarifient la nature des mécanismes sous-jacents à la menace exercée par les stéréotypes en question (impact sur les processus contrôles et automatiques d'accès à la mémoire), et livrent aussi des pistes pour en réduire l'influence (via l'écriture expressive) dans les situations de test. Au total, sans nier l'idée d'un vieillissement cognitif, nos résultats invitent donc à la fois à tenir compte des stéréotypes sociaux dans l'explication d'effets sinon attribués exclusivement à ce vieillissement et à poursuivre l'effort engage pour mieux comprendre comment combattre les stéréotypes au moment même de l'évaluation des performances mnésiques.

  • Traces légendaires, mémoires et construction identitaire : étude socio-historique d'une "presqu'île" cévenole en Haute-Loire    - Bernard Serge  -  06 février 2004

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La première partie de la recherche traite de la construction de la mémoire légendaire du village de la montagne protestante du Chambon-sur-Lignon autour de l'épisode essentiel de l’accueil et du sauvetage des enfants juifs (1940-1944), dit de résistance civile (ou spirituelle). La seconde partie étudie la genèse et la structure du territoire, spécialement fécond en mouvements religieux, en montrant comment l'économique est "sublimé" en culturel, ainsi le tourisme et les accueils y sont représentés comme une tradition et une éthique communautaire. L'interaction entre construction territoriale et identité sociale est montrée à travers une démarche de type anthropologique qui privilégie sur une longue durée l'observation de la réification des traces pour comprendre : les usages sociaux de l'histoire locale, la recomposition des traditions et les mutations territoriales dans les domaines démographiques, économiques et politiques.

  • Terre des Hommes, pays des glaces : L'expérience touristique au Groenland    - Delmas Antoine  -  30 juin 2014

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    À contre-courant des flux touristiques internationaux seuls dix millions de voyageurs se rendent dans les espaces polaires. Entre les mythes passés et l'actualité dynamique des hautes latitudes, les représentations des touristes se confrontent à la réalité du terrain. Au Groenland, les visiteurs sont attirés par la singularité des paysages de glace. Leur expérience touristique dessine les contours du cryotropisme. Dans la continuité de cette découverte, les visiteurs recherchent toute l'authenticité d'une île qui, dans leurs représentations, serait restée l'un des derniers endroits préservé par la modernité. Pour satisfaire ces désirs, les professionnels du tourisme dévoilent, arrangent ou composent avec la réalité des lieux. Ils fabriquent l'expérience touristique. Depuis les débuts du tourisme l'offre s'est étoffée, les services se sont multipliés et un réseau d'acteurs s'est constitué. Ces changements, toujours prégnants aujourd'hui, contribuent à l'arrivée de nouveaux acteurs, de nouvelles offres et à l'émergence de nouveaux lieux touristiques. En s'arrangeant d'échelles d'analyse articulées, du local au global, et de méthodes d'investigations plurielles, cette recherche s'intéresse aux processus de compositions et de recompositions spatiales induits par le tourisme.

  • Temps et éternité chez saint Thomas d'Aquin et Martin Heidegger    - Aleksandravicius Povilas  -  28 novembre 2008

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La réflexion de saint Thomas d'Aquin sur l'éternité et le temps, que l'on ne saurait réduire à sa reprise dans l'école thomiste moderne, aboutit à manifester l'unité intime des deux termes tout en affirmant la distance infinie entre eux. Cette réflexion est fondée sur la découverte de l'actus essendi, concept-clé de la philosophie de l'Aquinate. L'approche phénoménologique aide à saisir le rôle insigne de la conscience humaine dans la conception thomasienne de la création et dans celle du rapport à la transcendance divine. Heidegger a systématiquement rejeté la pertinence philosophique de l'opposition temps/éternité, propre à la métaphysique dualiste occidentale. Sa réflexion sur la conjonction de l'être et du temps conduit à postuler la différence dans l'identité de l'Ereignis sans que la finitude temporelle de l'être soit remise en cause. La tension propre au concept heideggérien de temps peut être mise en parallèle avec la conception thomasienne du rapport temps/éternité, à condition de respecter les délimitations principales que posent chacun des penseurs.

  • Subjectivité, modernité techno-scientifique et décadence dans la pensée heideggerienne : une approche systématique    - Ngadi Benjamain  -  02 mai 2006

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    D’où vient chez Heidegger l’espèce de nécessité logique qui contemporanéise subjectivité et modernité ? D’où vient la nécessité logique qui inciterait à considérer la modernité comme chantre de la subjectivité ? Pourquoi devrait se nouer autour de la modernité l’histoire de la décadence ou absence de sens du monde occidental ? Comment comprendre parallèlement dans la même lecture l’idée que la techno-science représente le pur symbole de cette modernité décadente ? Telles sont les interrogations qui composent l’ossature de notre thèse. A leur base : la lecture heideggerienne des théories du sujet qui consiste à considérer ces dernières comme l’envers complice de la modernité et celle-là comme histoire d’une perte de sens inexorable qui trouve son expression la plus éloquente dans la techno-science. L’hypothèse de ce travail consiste à dire qu’il y aurait donc un lien logique entre subjectivité, modernité techno-scientifique et décadence. Aussi s’attache-t-il à démontrer qu’au sein de ce rapport tripartite se joue une nécessité logique dont l’ultime conséquence est qu’elle permet d’inscrire un pan entier de l’ontologie fondamentale dans un registre systématique voire systémique. D’où il résulte que le penseur d’ordinaire réputé pour son aversion à l’égard de tout esprit systématique qu’il considère comme un péché métaphysique s’avère en définitive l’un des promoteurs efficient de cet esprit. Et même qu’il ne pouvait pas ne pas le promouvoir en principe. Par ailleurs, cette thèse permet de constater une chose : si la modernité est un phénomène dégénératif, on ne peut en revanche dire que pour Heidegger, l’homme de notre temps soit devenu si moderne, au point de n’envisager plus une porte de sortie honorable. Car, il apparait que l’auteur propose au moins quatre chemins (qui composent l’essentiel de la pensée du dépassement de la métaphysique) pour sortir de la décadence moderne. Ces voies : la désobstruction, l’art et la poésie, la sérénité et le recours à ‘’un Dieu’’. Pour notre part, la perspective de cette sortie a permis de promouvoir une idée : celle d’une subjectivité précaire. De Descartes à Lévinas, en passant par Kant, Hegel, Nietzsche, Habermas, et Derrida. . . Ce travail revisite amplement l’histoire de la philosophie et ses grandes questions. Une véritable somme.

  • Situations évaluatives menaçantes et gestion de l’attention : hypothèse de filtrage et rôle du style de traitement    - Normand Alice  -  10 juillet 2012

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les recherches en psychologie sociale ont mis en évidence que le caractère évaluatif d'une situation de performance influence la réussite des individus. La peur de confirmer une infériorité à un standard d'évaluation génère un inconfort psychologique et amène les individus à s'autoréguler. Cette thèse vise à comprendre à partir de quand, comment et pourquoi la situation d'évaluation détermine le fonctionnement attentionnel des individus. Nous défendons l'idée que les situations évaluatives représentent une menace pour l'image de soi et perturbent l'attention à partir du moment où les individus questionnent leurs capacités intellectuelles. Deux études démontrent qu'une situation de comparaison sociale ascendante entraine une focalisation de l'attention quand la dimension de comparaison porte sur l'intelligence. Nous postulons également que les modifications attentionnelles qui surviennent en situation évaluative se traduisent au niveau de la sélection des informations. Trois études mettent en évidence que le mécanisme de filtrage des informations est plus strict chez les participants en situation évaluative et s'établit indépendamment de phénomènes concurrents de capture attentionnelle. Enfin, nous proposons que les situations évaluatives amènent les individus à basculer dans un mode général de traitement de l'information davantage analytique. Nous faisons l'hypothèse que ce changement cognitif général qui apparaîtrait en situation évaluative est un précurseur à la mise en place de filtres attentionnels plus stricts. Trois études pointent le rôle médiateur de l'adoption d'un style de traitement analytique dans l'apparition de ces effets

  • Se comprendre historiquement : Enjeu herméneutique du rapport au texte et à la tradition. Gadamer versus Ricoeur    - Pwongo Bope Libère  -  07 décembre 2013

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    À notre connaissance, Ricoeur et Gadamer n'ont peut-être jamais véritablement débattu sur leur conception respective de la nature et de la tâche herméneutiques. Il semble que ce débat soit souhaitable, voire urgent. Si Ricoeur a toujours témoigné un grand intérêt pour l'herméneutique philosophique de celui qu'il appelait « mon maître » et dont il discutait les thèses, il est frappant de constater que Gadamer ne s'est contenté que de très vagues allusions aux enjeux herméneutiques de l'oeuvre du philosophe français. Il nous revient aujourd'hui de circonscrire le cadre de ce dialogue et d'en déterminer les conditions de possibilité. Il n'est pas sûr, comme le soutiennent de nombreuses études, qu'il faille reconduire l'enjeu de ce débat au ressort supposé fondamental : d'une part, l'opposition entre l'exigence des méthodes et des règles d'interprétation, seules susceptibles de garantir la scientificité de l'acte d'interprétation ; et, d'autre part, la revendication d'une visée originellement ontologique du phénomène de la compréhension, incapable par essence d'échapper, sans aucune possibilité de se défendre, à l'accusation de l'arbitraire subjectif. C'est pourquoi, se tenant à distance de ces présuppositions - quelque motivé qu'elles soient -, la présente thèse suggère plutôt que la possibilité du dialogue entre Ricoeur et Gadamer est fonction de la capacité à parcourir préalablement, et avec une grande patience, le long détour qu'emprunte l'un et l'autre herméneute : il n'y a de dia-logue que si ce dont il est question est médiatisé par la « chose même » qui, nous le croyons, est irréductible à l'opposition entre « méthode » et « non-méthode ». Car, la « chose même », c'est le sens en tant qu'horizon vers lequel s'achemine tout procès d'interprétation ou de compréhension. En ce sens, nous soutenons que la notion gadamérienne de l'expérience herméneutique trouve son meilleur allié dans la catégorie ricoeurienne de l'appropriation du monde que le texte déploie et découvre au lecteur. Chez l'un comme chez l'autre, l'enjeu fondamental est la quête de compréhension de soi du « sujet », c'est-à-dire, élargissement et accroissement de son horizon de sens mais dont le rapport à l'histoire demeure somme toute problématique. C'est que, d'un côté, la compréhension de soi n'est pas affranchissement à l'égard de cette part brumeuse de l'histoire qui nous constitue ; de l'autre côté, elle ne peut se dire que dans les limites et à l'intérieur de l'historicité constitutive de notre horizon langagier.

|< << 1 2 3 4 5 6 >> >| thèses par page

Haut de page


  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous.

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
these@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales