Vous êtes ici : Accueil > Écoles doctorales > Humanités

Humanités

Les thèses soutenues à l'école doctorale "Humanités"

Pour être informé de la mise en ligne des nouvelles thèses correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    confidentialité
25 ressources ont été trouvées. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date Auteur Titre thèses par page
  • Le colonne del ciborio della Basilica di San Marco a Venezia    - Villano Maria Aimé  -  15 mai 2020

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le sujet de cette thèse est l'étude d'une œuvre d'art, les colonnes sculptées du ciborium de San Marco à Venise. En partant d'une analyse de toutes les parts que composent aujourd'hui l'oeuvre (parts sculptées, inscriptions, architecture du ciborium), le but principal est-ce de tracer la complexe biographie d'un objet que, comme beaucoup d'autres à San Marco et dans l'Occident chrétien, ont été décontextualisés. Au-delà des questions classiques posées par l'histoire de l'art comme discipline (où ? quand ? par qui ?) l'objet décontextualisé ouvre les portes à une série d'interrogations dont les réponses peuvent nous dire beaucoup sur la mentalité médiévale en rapport aux concepts de conquête, pillage, appropriation et prestige. L'emplacement de quatre colonnes avec la vie de la Vierge et de Christ, arrachées à l'environnent pour lequel elles avait été créés, sur le tombeau du évangéliste, c'est-à-dire dans le lieu le plus sacre et le plus signifiant -pas seulement de la basilique de San Marco mais de la ville entière-, ne peut que être le résultat d'une décision précise et raisonnée. Les élégantes inscriptions en lettres capitales, gravées avec soin et destinées au publique restreint qui avait accès à la zone derrière l'iconostase, témoignent aussi la grande importance attribué aux colonnes. Qui était-il le fauteur de ce déplacement ? quand ont elles était déplacées et d'où ? quelle message symbolique ou politique véhiculait la réutilisation d' œuvres d'art enlevées de lieux prestigieux ? Au même temps le fil invisible de l'histoire nous ramène vers le moment de la création de ces quatre objets, à la fin de l'antiquité, qui, à cause de la complexité des parts sculptées, devaient appartenir à une église importante. La présence si insisté des histoires de la Vierge et ses parents, qui occupent une colonne entière, nous jette vers les profondes et raffinées disputes autour de la nature de Christ que, au sein du cinquième siècle, ont frappé les bases théologiques de la chrétienté. Ces disputes ne concernaient pas seulement Constantinople, mais aussi les autres sièges épiscopaux, c'est-à-dire Alexandrie, Antioche, Rome et Jérusalem, villes dotées, aussi, de prestigieux bâtiments religieux auxquelles les colonnes du ciborium auraient pu appartenir. En fait, les objets décontextualisés de la Basilique de San Marco, ont été associés de façon parfois trop automatique à Constantinople et plus spécifiquement au pillage de la ville par les vénitiens de la quatrième croisade en 1204, dont le ton dramatique de la Chronique de Nicolas Mésaritès peut être la cause. Pourtant, d'un côté I 'arc de temps dans lequel l'Empire Latin d'Orient a existé a permis au vénitiens de s'approprier des œuvres d'art pendant cinquante-sept ans (et pas seulement pendant le pillage de Constantinople de 1204), et d'autre coté, les relations commerciales des vénitiens qui concernaient toute la Méditerranée, malgré la domination musulmane, rendent possible un lien avec les autres centres importants de l'antiquité tardive au-delà des dates topique de 1204-1261. Le court-circuit causée par le déplacement d'une œuvre provenant d'un contexte sacré et fortement symbolique vers un autre contexte également éminent, permet l'entrecroisement de - au moins deux mondes et deux temps dont les spécifiés de chacun émergent avec force.

  • De guerre, de trêve, de paix : les relations franco-anglaises de la bataille de Taillebourg au traité de Paris (années 1240 – années 1260)    - Pélissié Du Rausas Amicie  -  20 novembre 2020

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Le traité de Paris passé entre Louis IX et Henri III en 1259 est souvent perçu comme un accord bancal, préparant peu ou prou la guerre de Cent ans. L'étude contextualisée de la diplomatie franco-anglaise au XIIIe siècle modifie la donne, à partir d'une nouvelle histoire du politique irriguée par l'étude de la parenté, de la communication et des contacts médiévaux. Au début de leur règne, Louis IX (r. 1226-1270) et Henri III (r. 1216-1271) héritent de l'irrégularité juridique créée par la commise des terres de Jean sans Terre. Cette thèse présente les modalités du passage de la guerre à la paix. Elle démarre avec la bataille de Taillebourg (juillet 1242), dernier affrontement militaire de grande ampleur avant le XIVe siècle. Envisagée comme un fait social total, la guerre de Louis IX et d'Henri III émerge sous un jour logistique et stratégique inédit. Les quinze années qui suivent sont celles de la construction d'une paix du terrain. Douze trêves franco-anglaises sont renouvelées entre 1243 et 1258 et révèlent le visage judiciaire de la paix médiévale. Le troisième et dernier chapitre présente l'élaboration d'une réponse diplomatique durable. La documentation du traité de Paris, dont survivent à ce jour huit originaux scellés, forme le cœur de l'analyse. Elle permet de réévaluer trois éléments essentiels du dispositif : les renonciations anglaises à la Normandie, les contreparties françaises et l'hommage d'Henri III. Elle présente le réalisme politique de Louis IX et la médiation franciscaine comme les clés de la réussite de l'accord. L'ensemble de la thèse repose sur le dépouillement des sources diplomatiques franco-anglaises à Paris et Londres, et sur l'utilisation des textes narratifs en tant que condensés des représentations d'un temps. Contextualisée par les sources et les hommes qui l'ont produite, la paix de Paris apparaît moins comme un fiasco annoncé, que comme un pari diplomatique.

  • Du citoyen au « fils de la Cité » : Essai d'histoire sociale sur l'imaginaire familial des cités grecques aux époques hellénistique et romaine    - Gasnier Nicolas  -  27 novembre 2020

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    En portant son attention sur l'attribution aux notables des cités grecques de titres honorifiques recourant au vocabulaire de la parenté aux époques hellénistique et impériale romaine, cette étude se propose d'éclairer, à partir d'un dépouillement de sources essentiellement épigraphique, plusieurs aspects de la vie institutionnelle, politique et sociale des communautés civiques, plus particulièrement par le prisme de la relation entre ces dernières et ses élites. L'imaginaire familial insufflé dans cette nouvelle rhétorique des honneurs est replacé plus largement dans les enjeux de la vie civique aux époques concernées, en dessinant dès lors les contours d'un portrait social des notables auxquels furent octroyés des titres honorifiques relevant d'une métaphore civique de la famille, pour ensuite analyser la portée symbolique du recours à un lexique familial pour décrire les rapports existants entre les notables et les communautés civiques. Selon une approche psycho-sociale et anthropologique, l'étude accorde enfin une place non négligeable aux mentalités et comportements collectifs, ainsi qu'à l'importance des rituels politiques à la base de l'identité de la communauté civique et des rapports de force internes à cette dernière.

  • Du Fleuve à l'Océan : l'arrière-pays de Saintonge-Angoumois, une expérience atlantique (1666-1792)    - Temdaoui Jean-Christophe  -  02 décembre 2020

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Jusqu'au XVIIe siècle, les rapports entretenus par l'arrière-pays de Saintonge-Angoumois avec la mer étaient essentiellement vus sous le prisme des échanges commerciaux : la pierre, les vins et les papiers échangés contre les sels de Saintonge. Si, en 1666, la fondation de Rochefort approfondit cette relation par le développement d'un réseau manufacturier d'artillerie de Marine, connectée par la Charente à l'arsenal, elle contribue aussi à accentuer la projection sur les mers, les océans et outre-mer des gens des terres intérieures jusqu'à l'insurrection servile de Saint-Domingue de 1791. Par le recrutement des Classes de la Marine, par la migration ou la circulation transocéanique, comment l'arrière-pays de Saintonge-Angoumois connaît-il une expérience atlantique entre 1666 et 1792 ? C'est l'objet de cette recherche qui interroge à la fois les trames d'un territoire d'arrière-pays fluvial du Centre-Ouest atlantique à dominante rurale, les canaux de la construction d'une projection maritime et ultra-marine et les acteurs qui la régissent, ainsi que la diversité des trajectoires et des expériences biographiques qui donnent l'image de terres intérieures connectées avec les ports atlantiques et les horizons marins et ultra-marins. Les navigants de la Charente et de la Boutonne, de Saint-Jean-d'Angély à Angoulême et même au-delà dans les confins provinciaux, ont pu s'engager dans le travail maritime à bord des vaisseaux du roi à Rochefort ou des navires marchands à Bordeaux, La Rochelle, Nantes ou Lorient, ou choisir la voie de la projection dans la société d'habitation, aux Antilles, particulièrement à Saint-Domingue. Ces circulations océaniques et transatlantiques ont également porté l'influence de l'océan et de ses mondes américains lointains dans les terres intérieures

  • Entre traduction, translation et création : Le Livre des douze perilz d'enfer. Étude et édition    - Lambert Caroline  -  30 novembre 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L'objectif premier de la thèse est l'édition critique du Livre des douze perilz d'enfer, traité moral du XVe siècle conservé dans quatre manuscrits. L'édition critique s'appuie sur un manuscrit de base, conservé à Paris (Arsenal, 5207). Autour de ce texte, se présentant comme une translation offerte à Marie d'Anjou, gravitaient beaucoup d'inconnues, à commencer par l'identité de son auteur, à savoir Robert Blondel. L'identification du texte source - un sermon latin du prédicateur franciscain Bernardin de Sienne - ayant servi de base à la translation a permis la confrontation entre les deux textes. Cette analyse en miroir a mis en évidence la profonde originalité du texte des Douze perilz d'enfer, à la fois traduction, translation et création.

  • Éric Losfeld. Bandes dessinées et recherches graphiques    - Preteseille Benoît  -  10 juillet 2020

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Au cours des années 1960, en France, s'organise un mouvement en faveur de la bande dessinée. Des amateurs créent des associations, des expositions, des revues, qui mettent principalement en valeur les séries américaines des années 1930-1940, qu'ils considèrent comme l'âge d'or de cet art. Ce mouvement culturel va encourager l'auteur Jean-Claude Forest à dessiner les aventures de Barbarella, puis l'éditeur Éric Losfeld, installé à Paris, à publier ces pages dans un volume façonné avec soin, aux éditions du Terrain Vague. Cette bande dessinée s'adresse à un public adulte, et s'éloigne narrativement des productions contemporaines qui étaient destinées à des revues jeunesse. Losfeld, initialement intéressé par le surréalisme, le cinéma, le fantastique et l'érotisme va ensuite développer une collection de Bandes dessinées, souvent accolée à la collection Recherches graphiques, dans lesquelles dix-neuf titres seront édités entre 1964 et 1973. L'étude des conditions d'apparition de ces livres et de leurs particularités est croisée avec celle de mes propres productions, ayant commencé à créer des fanzines personnels en bande dessinée en 2002, avant de co-fonder une maison d'édition alternative, Warum, et de publier de nombreuses bandes dessinées et livres graphiques chez diverses structures. Cette thèse de recherche-création fait également écho à deux bandes dessinées travaillées conjointement : Le Jaune, ouvrage numérique publié en 2019 par Hécatombe, et Les Poupées sanglantes, publié en 2020 par Atrabile.

  • Hétérogénéité et discontinuité dans les ballets d'André Campra composés pour l'Académie royale de musique (1697-1740)    - Goujon Jean-Philippe  -  03 décembre 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    André Campra composa onze ballets pour la scène de l'Opéra de Paris entre 1697 (L'Europe galante) et 1740 (Les Noces de Vénus). Cet aspect de sa production lyrique, salué par ses contemporains, a, par la suite, peu suscité l'intérêt des musicologues, l'historiographie musicale ayant longtemps considéré le ballet, hétérogène et discontinu, comme un genre mineur par rapport à celui de la tragédie en musique. Après avoir mis en avant le rôle que joua le dauphin, dit Monseigneur, dans la diffusion d'une esthétique nouvelle favorable à l'émergence du nouveau genre, ce travail se propose de montrer comment Campra transpose les goûts du prince dans ses ballets, et comment le musicien, en introduisant de nouvelles pratiques à l'Opéra, ouvre la voie à des spectacles toujours plus discontinus tels que les ballets composés de fragments. Sont ensuite étudiés les rapports qu'entretint Campra avec ses partenaires artistiques et commerciaux - l'Académie royale de musique et les éditeurs des paroles et de la musique des opéras - et la manière dont le compositeur, par sa pratique compositionnelle et son goût pour l'hétérogène et le discontinu, les contraint à modifier leurs propres pratiques. Enfin, la dernière partie de cette thèse, dans une dimension génétique mais aussi esthétique, est consacrée à l'étude de la façon dont Campra construit et transforme ses ballets au moyen d'ajouts, de retranchements, d'emprunts et d'auto-emprunts.

  • L'élection de Saint-Jean-d'Angély au XVIIIe siècle : Pour une stratigraphie des territoires de la société rurale    - Pouget Emmanuel  -  04 décembre 2020

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Par l'étude des marchés immobiliers et obligataires, nous tentons dans cette thèse d'établir la stratigraphie de la société rurale de l'élection de Saint-Jean-d'Angély en Basse Saintonge, avec ses différents groupes sociaux et les relations qu'ils tissent entre eux pendant le XVIIIe siècle. Le territoire étudié contient 170 paroisses. Il est d'abord présenté dans ses aspects démographiques et économiques qui dénotent une diversité marquée des différents terroirs de l'élection. La structure de la société est marquée par une paysannerie pléthorique assez pauvre et précaire dont lès revenus ne progressent pas pendant le XVIIIe siècle alors que ceux des autres catégories connaissent une certaine croissance. Les différents groupes sociaux se caractérisent en outre par une grande diversité des patrimoines et des types d'interventions sur les marchés, en particulier parmi les catégories intermédiaires. Malgré toute cette diversité il est possible d'esquisser une stratigraphie de la société rurale qui comprend les groupes suivants : les dominants ruraux (noblesse, haute bourgeoisie urbaine des négociants et des hommes de lois, bourgeoisie rurale faite de rentiers cossus, et marchands-fermiers des seigneuries), les laboureurs à bœufs les plus possessionnés et la bourgeoisie à talents ; une classe intermédiaire constituée d'un faible nombre de ruraux mais profitant d'une indépendance économique garantie (des laboureurs à bœufs et des artisans, la minorité supérieure des laboureurs à bras ainsi que la frange inférieure des marchands-exploitants). La catégorie inférieure, la plus nombreuse, se compose des journaliers aux patrimoines insuffisants pour garantir une indépendance économique et de la très grande majorité des laboureurs à bras précaires. Selon l'emprise de la ville et la prégnance de la vigne sur les terroirs, cette structure générale et les liens entre les catégories connaissent des modifications qui peuvent affecter le degré d'homogénéité de la société.

  • L'énigme des images : tableaux et dessins comme objets d'enquête en littérature et bande dessinée contemporaines    - Lejeune Marion  -  02 octobre 2020

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Que ce soit en bande dessinée ou en littérature, les biographies de peintres et les romans consacrés à des tableaux de maîtres constituent aujourd'hui un phénomène éditorial de plus en plus identifié. À partir d'un corpus de bandes dessinées et de romans contemporains appartenant aux ères francophones, hispanophones et anglophones, cette thèse se propose d'étudier les enjeux de la présence intradiégétique d'œuvres d'art dans des récits policiers ou d'inspiration policière, qui font du tableau ou du dessin qu'ils thématisent une énigme constituée comme l'objet d'une enquête. Alors que l'œuvre d'art sous sa forme intradiégétique, qu'elle soit verbalement évoquée en littérature ou effectivement représentée en bande dessinée, a longtemps été décrite comme un corps étranger non seulement au médium qui l'accueille mais aussi au récit décrit comme forme essentiellement dynamique, ce travail cherche à analyser les rapports de la peinture avec les récits littéraires et en bande dessinée en des termes non antagonistes. La référence picturale viendrait moins perturber le récit en tant que pause descriptive ou référence plastique hétérogène, que l'enrichir de sens, en générant en son sein structures nouvelles et effets réflexifs. En retour, le récit se donnerait comme une forme d'existence dynamique du tableau, dont il montrerait la vie par-delà le moment où il a été créé, à travers sa réception et les commentaires infinis dont il fait l'objet.

  • L'il s'agit sous-jacent au donné en phénoménologie. Fondements d'un concept philosophique de liturgie.    - Kanaan Oumar  -  29 novembre 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La place occupée par la dynamique en général dans la description du réel, en tant qu'il est tout ce qui se manifeste, s'est accrue tout au long du développement du projet phénoménologique. Le lexique de la mobilité, du mouvement, du changement ou de l'agir semble de plus en plus incontournable si l'on veut aller au-delà d'une description ontologique de la manifestation. Cette tendance s'est accompagnée de tentatives de cerner l'a priori corrélationnel en le déterminant à partir de l'événementialité et de la chair, qui seraient eux-mêmes les modalités dynamiques de la manifestation. Notre recherche a consisté d'abord en une exploration des aspects dynamiques de la description phénoménologique chez Heidegger, Maldiney, Barbaras ou Romano. Puis, nous avons élaboré une description centrée sur l'agir comme premier relief du réel afin de prolonger les différentes orientations que nous avons décelées chez ces auteurs. En effet, la première désignation du réel a pris pour nous la forme d'un « il s'agit » dont la dynamique élémentaire puis complexifiante a permis d'exprimer et d'articuler dynamiquement les concepts descriptifs classiques de « mouvement », d'« événement », de « chair », de « détermination/indétermination », de « valeur », d'« être », d'« advenir », de « phénomène », d'« apparaître » ou de « présence ». Toutes les prises conceptuelles sur le réel devaient désormais pouvoir se comprendre dans le cadre d'un agir sous-jacent dont les propriétés fondamentales sont données à travers sa forme particulière d'il s'agit. De la dynamique la plus élémentaire de ce dernier à celle multiple et complexe du jeu de l'apparaître et de la présence dans le phénomène, un chemin est tracé comme cadre de l'expérience humaine. Toutefois, la neutralité de ce cadre n'expliquant pas de manière suffisante certains aspects de la manifestation du réel, il est paru opportun de superposer à la dynamique de l'agir un développement ludico-dramatique dont l'articulation élémentaire, dans le cadre d'un deuxième relief, est un il se joue qui nomme le réel en tant que jouer-dramatique. De même, l'insuffisance de ce deuxième relief à rendre compte du caractère apaisant et salvateur de la manifestation nous a conduit à explorer un troisième relief liturgique d'un réel que l'on peut désormais surnommer il sauve. Là, une articulation entre la singularisation et l'absolutisation de ce qui se manifeste a semblé tisser cette trame du réel qu'est la liturgie. Elle permet à la fois d'échapper à l'aplatissement du neutre induit par l'agir et de surmonter l'épreuve de la dissolution dans le chaos qui hante le jouer-dramatique, et c'est en cela que le réel en tant que liturgie est nommément un il sauve.

|< << 1 2 3 >> >| thèses par page

Haut de page


  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous :


    ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...
 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
these@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales