Vous êtes ici : Accueil > Écoles doctorales > Humanités

Humanités

Les thèses soutenues à l'école doctorale "Humanités"

Pour être informé de la mise en ligne des nouvelles thèses correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    confidentialité
25 ressources ont été trouvées. Voici les résultats 1 à 10
Tri :   Date Auteur Titre thèses par page
  • Logique et Réalité chez Hegel et Aristote. Dialogue avec Adorno et Deleuze    - Samaha Mahboub Caline  -  14 mars 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Dans cette thèse, nous remettons en question la critique faite à l'identité comme étant ce qui opprime la différence et l'évolution. Nous essayons de montrer que la recherche de l'identité propre au système hégélien ne porte pas atteinte au réel mais au contraire l'enrichit et est une condition pour son évolution et pour notre liberté. Nous montrons aussi comment l'accent mis sur l'unité lors de l'interprétation d'un philosophe, ici Aristote, est légitime parce qu'il nous permet de souligner chez lui une contribution à la recherche de la connaissance et de la liberté bien plus que ne le ferait l'accent mis sur la séparation, préservant mystère et irréductibilité. Cette dernière pourrait plutôt nous aliéner tout en nous donnant une illusion de liberté et d'espace. Nous nous opposons donc à une logique de la transcendance et de la séparation nous montrons comment cette logique est en elle-même réductrice. Nos travaux ont ainsi mené plus spécifiquement à assumer les idées d'unité, d'identité et d'achèvement présentes chez Hegel, dans une première partie et à montrer contre Adorno principalement qu'elles ne s'opposent pas à la liberté humaine mais qu'au contraire elles l'impliquent et en sont une condition nécessaire. Nous essayons dans une seconde partie de soutenir une interprétation hégélienne d'Aristote qui tient compte de l'unité, en nous opposant notamment à Pierre Aubenque qui défend chez Aristote une séparation et une irréductibilité. Enfin, dans une dernière partie nous soutenons la représentation du réel à travers la logique, - la contradiction chez Hegel et les contraires chez Aristote - avec pour but de montrer que le négatif propre à la représentation permet un pouvoir effectif sur le réel et ne peut être considéré être illusoire comme le prétendent Deleuze et Nietzsche. Dans ce travail, nous nous servons des critiques que font ces philosophes et ces commentateurs contre la philosophie hégélienne et contre ce qu'elle comprend comme présupposés, identité, système et logique pour mener notre réflexion. En soulignant les contradictions inhérentes à leurs critiques, nous montrons que la philosophie hégélienne et la perspective qu'elle propose dépasse ou surmonte ces contradictions et s'oriente plus vers la liberté.

  • Représentations de la femme dans le théâtre espagnol contemporain. Corps et sexualité chez Laila Ripoll et Federico García Lorca    - Laurence Adelina  -  11 juin 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L'Espagne a connu de grandes transformations sociétales et dans la recherche, notamment dans le domaine des études de genre, thématique aujourd'hui omniprésente. Le théâtre est un art qui joue un rôle prépondérant dans l'évolution intellectuelle d'un pays et dans le changement des mentalités. Il permet ainsi de mettre en exergue l'évolution du rôle de la femme au fil des années. Federico García Lorca et Laila Ripoll analysent le rôle de la femme sous l'influence des conventions sociales, à travers le poids de la tradition et le confinement dans l'espace domestique en tant que mère et épouse. Cette image de la femme, ancrée dans l'imaginaire collectif, est contestée par les études de genre. En effet, il s'agit d'une construction sociale qui n'est pas innée : la relation entre l'identité sexuelle, l'orientation sexuelle et les représentations sont variables d'un individu à l'autre. Les personnages étudiés présentent des indices d'évolution, mettant en lumière les transformations auxquelles la société est confrontée. En dépit du poids de la société patriarcale, elles vont se rebeller, prendre des caractéristiques traditionnellement considérées comme masculines et affirmer leur sexualité même si cette attitude les conduira à être rejetées socialement. Le rapport au sexe, et par extension au corps, fait encore débat. Son corps ne lui appartient pas, il appartient à la société qui exige la perfection. Son corps est possédé à travers la domination érotisée, la violence machiste, la mutilation ou encore la mort. Ainsi, le corps de la femme, représentée sur scène, est sexualisé et soumis à l'injonction du patriarcat, ce qui a des conséquences sur les femmes dont le corps est stigmatisé.

  • Marx, le capitalisme et les paradoxes de l'économie contemporaine    - Sahali Sehi Armand  -  12 juin 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les études récentes sur l'exploitation de l'individu dans le système capitaliste suggèrent une révision fondamentale de son approche. Le choix de la philosophie de Marx s'inscrit dans cette démarche. Sa théorie de l'exploitation, popularisée XIXe depuis le siècle jusqu'à nos jours, semble représenter les marges de son œuvre, plutôt que son noyau. La pertinence de sa critique s'actualise à mesure des mutations du capitalisme. Elle permet de saisir le noyau des paradoxes de l'économie contemporaine selon lequel : « la production capitaliste crée les conditions du bonheur de l'individu, pourtant ces conditions constituent une entrave à sa liberté ». Cette étude réalisée autour des théories économiques de Marx, propose une approche métastructurelle de la critique du capitalisme au XXIe siècle, tout en dégageant des pistes d'émancipation du travail. A ce titre, Marx s'engage dans une perspective réformatrice des principes de liberté et de justice sociale.

  • Les artisans des Gaules et des Germanies romaines. Un essai d'histoire sociale (fin du Ier siècle av. J.-C. - fin du IIIe siècle ap. J.-C.)    - Caruel Marie-Sophie  -  09 octobre 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Malgré le dynamisme des recherches consacrées depuis plusieurs décennies à l'artisanat et, dans une moindre mesure, à ses acteurs, l'artisan des Gaules et des Germanies demeure une figure relativement mal connue de la société provinciale romaine, en raison notamment de sources rares, éparses et peu disertes. Fondé sur une approche d'histoire sociale, ce travail de doctorat brosse un portait des artisans de ces territoires à partir d'une documentation épigraphique et iconographique de nature essentiellement funéraire, votive et associative. Au cours de cette étude, la figure de l'artisan est abordée dans ses dimensions sociales, civiques et professionnelles au sein d'une réflexion articulée autour de trois grands axes. L'étude s'attache d'abord à définir le profil social des artisans (statut juridique, genre, âge, origines) ainsi que la position qu'ils occupaient dans la société des cités à partir de critères juridiques et économiques avant de se tourner vers l'analyse des conduites publiques et des rôles assumés par ces gens de métier dans la vie civique dans la mesure où ceux-ci étaient le reflet de prescriptions de conduite liées à leur statut social. Les pratiques et les comportements réglés sur ces statuts sont en effet autant d'indices permettant d'appréhender la situation de chaque groupe et de chaque individu dans la hiérarchie sociale. Le commentaire vise ensuite à éclairer la vie professionnelle des artisans. Après une présentation détaillée des spécialités techniques attestées, la réflexion porte sur la question du rapport au métier et sur l'existence de rapports au travail distincts au sein de ce groupe professionnel. Le statut juridique, la dépendance au métier et à ses revenus, la liberté du choix de l'activité, le cadre et les conditions d'exercice, la position au sein des hiérarchies professionnelles permettent de définir, selon le concept élaboré par J. Andreau, une dizaine de « statuts de travail » dans le domaine de l'artisanat (artisans indépendants, grands entrepreneurs, salariés, esclaves, artisans-légionnaires, apprentis, etc.). Ensuite, certains critères comme la conduite d'une activité commerciale ou l'exercice d'une activité sédentaire ou itinérante amènent à distinguer autant de pratiques professionnelles particulières. Derrière cette diversité liée à la nature des spécialités exercées, aux « statuts de travail » ou aux pratiques particulières, le milieu des artisans était uni par une culture professionnelle commune reposant sur la maîtrise d'un savoir-faire technique, fruit d'une période d'apprentissage et objet de transmission. Enfin, dans un troisième et dernier temps est abordée la question du partage d'une identité collective entre les artisans et de la place du métier dans la construction de cette identité. Cette question est abordée tant du point de vue des pratiques que des représentations mentales. Les discours funéraires reflétaient la vision que les artisans avaient de leur personnalité et les aspects de leur travail dont ils étaient particulièrement fiers et à travers lesquels ils souhaitaient se définir dans la mort. La mise en série de cette documentation parfois stéréotypée permet d'examiner la cohérence de ces messages à l'échelle de ce groupe professionnel ainsi que d'interroger le partage d'une conception cohérente de leur identité et de leur métier par les artisans. Par ailleurs, les différentes pratiques - cultuelles, conviviales ou funéraires - de ces professionnels donnaient lieu à des expressions épigraphiques laissant apparaître l'environnement social de ces travailleurs et l'influence de l'exercice professionnel sur leur sociabilité.

  • La construction du sujet féminin dans les romans de Mercedes Cabello de Carbonera et de Clorinda Matto de Turner    - Porcheron Sarah  -  18 octobre 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Au cours de la première moitié du XIXème siècle, le Pérou fait l'expérience d'un phénomène littéraire nouveau : l'entrée d'un groupe de femmes économiquement privilégiées dans le panorama littéraire national. Le fait que celles-ci publient des articles dans la presse et qu'elles intègrent les milieux culturels de Lima légitime progressivement leur présence dans la sphère publique. La Guerre du Pacifique (1879-1883) vient interrompre cette ébullition culturelle et la défaite amène certains intellectuels péruviens à voir dans la littérature un organe critique. Mercedes Cabello de Carbonera (1842-1909) et Clorinda Matto de Turner (1852-1909) appartiennent à ces intellectuels qui regardent la société d'un œil critique. Elles se tournent vers le roman, en plein essor, afin de revendiquer, pour les femmes, une place de sujet reconnu dans la société péruvienne. Selon elles, la transformation sociale et morale de la société dépend de la revalorisation de la condition féminine. Le but de notre analyse est de définir, à la lumière des théories féministes du XXème et du XXIème siècles, comment ces écrivaines péruviennes du XIXème siècle ont construit dans leurs romans une subjectivité féminine alternative avec les moyens dont elles disposaient à l'époque. Notre réflexion se développe en trois parties. Dans la première, nous nous intéressons à l'analyse des essais et des articles de presse de ces écrivaines de façon à comparer les idées qui y sont défendues à celles de leurs romans. Dans la seconde partie, nous explorons la place des personnages féminins de ces romans dans le cercle familial et enfin, dans la dernière partie, nous élaborons une étude des particularités de la voix narrative sous le prisme du sujet féminin.

  • Prolégomènes pour une psychanalyse phénoménologique    - Lafaurie Steve  -  08 novembre 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Psychanalyse et phénoménologie s'adressent toutes deux à l'homme. Elles cherchent à caractériser ses différences, au sein d'un monde que celui-ci contribue, par sa présence, à faire être. En partant de l'œuvre freudienne, nous verrons comment la thèse de l'inconscient fait toutefois perdre au symptôme sa dimension phénoménale : elle éloigne la psychanalyse de la compréhension de l'être-au-monde que pourtant celle-ci questionne.L'abord second de la Daseinsanalyse nous permet de recentrer le débat sur l'expérience thérapeutique que le freudisme semble avoir perdu de vue. Mais si la psychanalyse tend vers la philosophie, la Daseinsanalyse élabore un système qui a le double désavantage, d'une part, d'orienter la compréhension des symptômes psychiatriques, et d'autre part, de ne pas interroger la vérité intersubjective. D'où le recours à la phénoménologie : celle-ci permet de questionner aussi bien le mode d'être du discours psychiatrique que ses troubles. En considérant le symptôme dans sa phénoménalité, nous proposons une analyse des psychés avec l'idée qu'à partir de leurs différences un monde peut tenir ; un monde dans lequel le partage de la vie n'a d'égal que la fondation d'une histoire dont l'échange des mots témoignent.

  • L'il s'agit sous-jacent au donné en phénoménologie. Fondements d'un concept philosophique de liturgie.    - Kanaan Oumar  -  29 novembre 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La place occupée par la dynamique en général dans la description du réel, en tant qu'il est tout ce qui se manifeste, s'est accrue tout au long du développement du projet phénoménologique. Le lexique de la mobilité, du mouvement, du changement ou de l'agir semble de plus en plus incontournable si l'on veut aller au-delà d'une description ontologique de la manifestation. Cette tendance s'est accompagnée de tentatives de cerner l'a priori corrélationnel en le déterminant à partir de l'événementialité et de la chair, qui seraient eux-mêmes les modalités dynamiques de la manifestation. Notre recherche a consisté d'abord en une exploration des aspects dynamiques de la description phénoménologique chez Heidegger, Maldiney, Barbaras ou Romano. Puis, nous avons élaboré une description centrée sur l'agir comme premier relief du réel afin de prolonger les différentes orientations que nous avons décelées chez ces auteurs. En effet, la première désignation du réel a pris pour nous la forme d'un « il s'agit » dont la dynamique élémentaire puis complexifiante a permis d'exprimer et d'articuler dynamiquement les concepts descriptifs classiques de « mouvement », d'« événement », de « chair », de « détermination/indétermination », de « valeur », d'« être », d'« advenir », de « phénomène », d'« apparaître » ou de « présence ». Toutes les prises conceptuelles sur le réel devaient désormais pouvoir se comprendre dans le cadre d'un agir sous-jacent dont les propriétés fondamentales sont données à travers sa forme particulière d'il s'agit. De la dynamique la plus élémentaire de ce dernier à celle multiple et complexe du jeu de l'apparaître et de la présence dans le phénomène, un chemin est tracé comme cadre de l'expérience humaine. Toutefois, la neutralité de ce cadre n'expliquant pas de manière suffisante certains aspects de la manifestation du réel, il est paru opportun de superposer à la dynamique de l'agir un développement ludico-dramatique dont l'articulation élémentaire, dans le cadre d'un deuxième relief, est un il se joue qui nomme le réel en tant que jouer-dramatique. De même, l'insuffisance de ce deuxième relief à rendre compte du caractère apaisant et salvateur de la manifestation nous a conduit à explorer un troisième relief liturgique d'un réel que l'on peut désormais surnommer il sauve. Là, une articulation entre la singularisation et l'absolutisation de ce qui se manifeste a semblé tisser cette trame du réel qu'est la liturgie. Elle permet à la fois d'échapper à l'aplatissement du neutre induit par l'agir et de surmonter l'épreuve de la dissolution dans le chaos qui hante le jouer-dramatique, et c'est en cela que le réel en tant que liturgie est nommément un il sauve.

  • Raconter le paysage par l'inventivité esthétique, matérielle et technique : Les paysagistes britanniques du Grand Tour et les communautés artistiques continentales 1760-1800    - Beaulieu Orna Marie-Claude  -  30 novembre 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Notre recherche se propose de suivre la voie choisie par les peintres de paysage britanniques du Grand Tour dans le dernier tiers du XVIIIe siècle pour remédier à l'ambiguïté propre au genre pictural, née d'un attachement à certaines références artistiques continentales concomitant à un désir d'affirmation d'une spécificité britannique. En cherchant à cerner d'un côté le contexte italique, où s'entrecroisent une tradition du paysage classique et une émulation artistique, et, de l'autre, les particularités de l'enseignement du dessin de paysage en Grande-Bretagne, ce sont les fondements de la pratique artistique qui sont d'abord examinés. Vient ensuite l'analyse de cette pratique elle-même, consacrée en grande part à l'exercice de l'étude sur le motif ainsi qu'à la recherche et à la mise en œuvre de procédés novateurs, utilisés pour répondre aux desseins esthétiques des peintres. Dans le même esprit, l'utilisation singulière qui est faite du support papier est étudiée afin de mieux mettre en lumière le rapport à la matérialité propre à la période. Enfin, notre étude s'intéresse aux différents modes de diffusion innovants adoptés par ces peintres pour faire connaître leur talent. Parallèlement, elle soulève la question des interactions artistiques dans ce milieu cosmopolite, suggérant quelques transferts de compétences des Britanniques vers les communautés artistiques continentales. Nous espérons ainsi montrer l'inventivité, qui suit une continuité logique allant de la formation reçue au partage des œuvres de voyage, ainsi à l'œuvre chez les paysagistes britanniques du Grand Tour au moment de son développement culminant.

  • Entre traduction, translation et création : Le Livre des douze perilz d'enfer. Étude et édition    - Lambert Caroline  -  30 novembre 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L'objectif premier de la thèse est l'édition critique du Livre des douze perilz d'enfer, traité moral du XVe siècle conservé dans quatre manuscrits. L'édition critique s'appuie sur un manuscrit de base, conservé à Paris (Arsenal, 5207). Autour de ce texte, se présentant comme une translation offerte à Marie d'Anjou, gravitaient beaucoup d'inconnues, à commencer par l'identité de son auteur, à savoir Robert Blondel. L'identification du texte source - un sermon latin du prédicateur franciscain Bernardin de Sienne - ayant servi de base à la translation a permis la confrontation entre les deux textes. Cette analyse en miroir a mis en évidence la profonde originalité du texte des Douze perilz d'enfer, à la fois traduction, translation et création.

  • Hétérogénéité et discontinuité dans les ballets d'André Campra composés pour l'Académie royale de musique (1697-1740)    - Goujon Jean-Philippe  -  03 décembre 2019

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    André Campra composa onze ballets pour la scène de l'Opéra de Paris entre 1697 (L'Europe galante) et 1740 (Les Noces de Vénus). Cet aspect de sa production lyrique, salué par ses contemporains, a, par la suite, peu suscité l'intérêt des musicologues, l'historiographie musicale ayant longtemps considéré le ballet, hétérogène et discontinu, comme un genre mineur par rapport à celui de la tragédie en musique. Après avoir mis en avant le rôle que joua le dauphin, dit Monseigneur, dans la diffusion d'une esthétique nouvelle favorable à l'émergence du nouveau genre, ce travail se propose de montrer comment Campra transpose les goûts du prince dans ses ballets, et comment le musicien, en introduisant de nouvelles pratiques à l'Opéra, ouvre la voie à des spectacles toujours plus discontinus tels que les ballets composés de fragments. Sont ensuite étudiés les rapports qu'entretint Campra avec ses partenaires artistiques et commerciaux - l'Académie royale de musique et les éditeurs des paroles et de la musique des opéras - et la manière dont le compositeur, par sa pratique compositionnelle et son goût pour l'hétérogène et le discontinu, les contraint à modifier leurs propres pratiques. Enfin, la dernière partie de cette thèse, dans une dimension génétique mais aussi esthétique, est consacrée à l'étude de la façon dont Campra construit et transforme ses ballets au moyen d'ajouts, de retranchements, d'emprunts et d'auto-emprunts.

|< << 1 2 3 >> >| thèses par page

Haut de page


  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous :


    ou par messagerie électronique 7j/7 - 24h/24h, une réponse vous sera adressée sous 48h.
    Accédez au formulaire...
 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
these@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales