Vous êtes ici : Accueil > UFR, institut et école > UFR de sciences humaines et arts (SHA)

UFR de sciences humaines et arts (SHA)

Les thèses soutenues à l'"UFR de sciences humaines et arts (SHA)"

Pour être informé de la mise en ligne des nouvelles thèses correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    confidentialité
123 ressources ont été trouvées. Voici les résultats 121 à 123
Tri :   Date Auteur Titre thèses par page
  • Activation des codes orthographiques et phonologiques dans la reconnaissance visuelle du mot : étude en français de la structure de la représentation assemblée en constituants consonnes et voyelles    - Ndinkabandi Enéas  -  15 janvier 2000

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La controverse sur la nature rapide, automatique, fiable et générale du processus d'assemblage phonologique est le point de départ de la proposition par Berent et Perfetti (1995) du modèle à deux cycles d'assemblage phonologique. Le principal mérite de ce modèle fut de considérer, que dans la reconnaissance visuelle d'un mot, les constituants consonnes et voyelles de la représentation assemblée sont dérivés en deux cycles qui diffèrent en vitesse et automaticité. Le premier cycle rapide et automatique assemble les consonnes et serait indifférent aux effets de régularité graphophonologique et de fréquence lexicale. Le deuxième cycle lent et contrôlé rajoute l'information concernant les voyelles, et l'on voit alors émerger les effets de régularité graphophonologique et de fréquence lexicale. Les recherches présentées dans cette thèse ont testé en français la structure de la représentation assemblée en constituants consonnes et voyelles. Dans le choix des mots cibles, les principales variables manipulées sont l'irrégularité graphophonologique des voyelles ou des consonnes ainsi que leur complexité graphémique. Les résultats des expériences 1 et 2 ont largement démontré qu'il y a au premier cycle, un avantage pour l'amorçage et le rétablissement de l'information dérivée des consonnes sur l'information dérivée des voyelles. Cet avantage des consonnes sur les voyelles disparaît au deuxième cycle, pendant lequel on voit aussi émerger des effets significatifs d'homophonie. Cependant, les expériences 3 et 4 font constater que ces résultats peuvent subir l'influence de l'irrégulérité des consonnes ou de leur complexité graphémique. Dans l'ensemble, les résultats permettent de penser que l'assemblage des consonnes et des voyelles a lieu en deux temps successifs, différents en vitesse et automaticité. Toutefois, le test en français de ce modèle nécessite d'être approfondi en suivant notamment les orientations suggérées dans notre conclusion générale.

  • Jean-Jacques Rousseau et l'exigence d'une éducation spirituelle    - Tindy-Poaty Juste Joris  -  20 janvier 1998

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L'interprétation spiritualiste que nous proposons de la pensée de Rousseau sur l'éducation a pour fondement principal son analyse anthropologique. Cette dernière repose notamment sur la distinction entre "l'homme de la nature" et l'homme de l'homme" ou l'homme de la civilisation. Comparativement à l'homme de l'homme, l'homme de la nature est l'archétype de l'humanité authentique. Il s'ensuit que l'éducation doit avoir pour modèle cet homme de la nature. Éduquer, c'est alors ramener les individus à la nature, à l'humanité originelle. Cette entreprise n'est point illusoire dans la mesure où la distance qui nous sépare de cette humanité originelle n'est pas historique, mais intérieure. Le retour à la nature est un appel à la conversion spirituelle. En encourageant l'individu à se réconcilier avec lui-même, l'éducation l'incite également à une réconciliation avec Dieu. Cette relation de l'individu avec Dieu s'inscrit non pas sous le mode de la transcendance, mais sous celui de l'immanence qui souligne mieux la question de l'unité de l'être. Cette question de l'unité de l'être conduit à reconnaître l'importance de l'éducation à la liberté. Éduquer véritablement, c'est apprendre aux individus à être leur propre recours dans une parfaite unité de soi. Cette éducation à la liberté est, cependant, aussi une éducation à la vertu. Car être vertueux, c'est savoir coïncider avec soi. Cet encouragement à l'intimité spirituelle, qui n'exclut pas une éducation à la citoyenneté, est un éloge de la philosophie. L'unité de l'être, mise en mal par les revers de la civilisation, ne peut être reconstruite que par la philosophie, entendue comme enseignement riche de sens et dépositaire d'une vérité absolue.

  • Contribution à une problématique de l'ontologie sociale phénoménologique à partir de Husserl    - Ki-Zerbo Lazare  -  01 octobre 1994

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L'ontologie sociale phénomenologique traite de l'unité constitutive des collectifs sociaux. Dans l'ontologie politique classique, on parle ainsi, depuis pufendorf (droit naturel et droit des gens), de personnes morales. Notre contribution a une problématique de l'ontologie sociale phenoménologique a partir de husserl envisage cette thématique sous l'angle de deux schèmes d'unification des multiplicités numériques enracinés dans une souche textuelle enfouie : la philosophie de l'arithmétique (1890). Le premier schème est un schème constructiviste, portant par conséquent la triple marque du mathématicien Kronecker, de Hobbes mais aussi du maitre Franz Brentano, dont la psychologie descriptive s'oppose au criticisme formel kantien. C'est la liaison collective qui permet a la phénomenologie de se déployer comme machine de guerre contre l'ontologie politique classique articulée a la catégorie de l'état. La communauté constituée dans l'immanence des liaisons interhumaines l'emporte sur l'objectité logico-politique transcendante. Cette lecture se fonde sur l'annexe xviii du volume des husserliana, et le manuscrit f1 28 consacré a Hobbes. Nous l'étudions également chez A. Schutz, Sartre et Proudhon. Le second schème se définit comme unification figurale se transcendant dans l'objectité sociale meta individuelle. C'est la multiplicité sensible ou qualité-de-forme (gestalt).

|< << 8 9 10 11 12 13 >> >| thèses par page

Haut de page


  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous.

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
these@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales