Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de thèse > Goudeau Philippe

Goudeau Philippe

Les thèses encadrées par "Goudeau Philippe"

Pour être informé de la mise en ligne des nouvelles thèses correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    confidentialité
3 ressources ont été trouvées. Voici les résultats 1 à 3
Tri :   Date Auteur Titre thèses par page
  • Étude par diffraction des rayons X des déformations induites par irradiation/implantation d'ions dans le dioxyde d'uranium    - Richard Axel  -  22 novembre 2012

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    En conditions de stockage définitif, la désintégration a des radionucléides (produits en réacteur) induit des dommages dans le combustible nucléaire usé. Cet endommagement, et les déformations associées, doivent être étudiés pour évaluer correctement la tenue et l'évolution à long terme des pastilles de combustible. La démarche proposée dans cette thèse pour réaliser cette étude consiste : - à simuler la désintégration a par une implantation d'ions hélium dans une couche fine, en surface de polycristaux d'U02 j - à mesurer les déformations qui en résultent par des techniques de diffraction aux rayons X : la macrodiffraction pour une mesure moyenne dans la couche implantée, la microdiffraction, produite par un rayonnement synchrotron, pour des mesures très localisées, à l'intérieur des grains d'un polycristal d'U02. L'étude des déformations en fonction de la dose implantée permet de d'évaluer les effets des dégâts d'irradiation sur des durées de stockage de plusieurs milliers d'années. De nouvelles méthodes d'analyse ont été mises au point pour interpréter automatiquement les milliers de clichés de microdiffraction et en déduire la mesure des déformations dans la couche implantée. Un modèle mécanique a été construit pour rendre compte des mesures avec une grande précision, équivalente à la précision expérimentale. Ce modèle permet de mesurer le gonflement induit par les dommages d'irradiation pour des endommagements allant jusqu'à 0,77 dpa. Les valeurs mesurées sont comparables à des résultats de la littérature, obtenus sur des pastilles auto-irradiées. Il a également permis de quantifier l'augmentation avec l'endommagement de l'anisotropie élastique de l'U02. La microdif

  • Élasticité et endommagement sous chargement bi-axial de nano-composites W/Cu en couches minces sur polyimide : apport des techniques synchrotrons    - Djaziri Soundès  -  25 septembre 2012

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Ce travail de thèse porte sur la déformation bi-axiale contrôlée de nano-composites W/Cu en couches minces déposées sur des substrats polyimides. La nano-structuration est obtenue par stratification de deux matériaux immiscibles (W et Cu) par pulvérisation ionique avec contrôle de la taille des grains au sein du film mince par contrôle de l'épaisseur selon la direction de croissance du film. Nous avons développé une procédure permettant de caractériser le comportement mécanique des échantillons à deux échelles différentes. L'essai de traction biaxial est couplé à la diffraction des rayons X (déformation microscopique) et à la corrélation d'images numériques (déformation macroscopique). Nous avons utilisé une machine de traction bi-axiale développée dans le cadre d’un projet ANR sur la ligne de lumière DiffAbs du synchrotron SOLEIL. Elle permet de contrôler les contraintes dans des films minces supportés par des substrats polyimides. La confrontation des résultats obtenus par ces deux techniques dans le domaine d'élasticité a montré que la déformation est intégralement transmise via l’interface film - substrat. La seconde étape de notre travail a consisté à étudier les déformations du nanocomposite W/Cu au-delà du domaine d’élasticité. Nous avons mis en évidence trois domaines de déformation associés à différents mécanismes de déformation. La limite d'élasticité du nanocomposite W/Cu a été déterminée en comparant la déformation élastique du film mince à la déformation macroscopique du substrat. Enfin, l'étude de la limite d'élasticité du nanocomposite W/Cu pour différents ratios de force a révélé un comportement fragile du nanocomposite W/Cu.

  • Etude de l'effet de taille et de structure sur l'élasticité de composites W/Cu nanostructurés en couche mince    - Girault Baptiste  -  30 septembre 2008

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les lois régissant le comportement mécanique des matériaux cristallins présente une forte dépendance à la microstructure de ces derniers, et notamment, à la taille des cristallites lorsqu'ils atteignent l'échelle nanométrique. Le contrôle de la structuration des échantillons est assuré par la stratification de matériaux immiscibles, tungstène et cuivre, de réponse mécanique élastiquement isotrope et anisotrope, respectivement. La caractérisation des films réalisés par dépôts en phase vapeur a été réalisée par analyse combinée de clichés de microscopie électronique et données de diffraction et diffusion des rayons X. L'instrumentation alors mise en oeuvre afin d'accéder à la réponse élastique est la traction in situ de films minces de type composite W/Cu supportés, couplée à la diffraction des rayons X. Ce travail de recherche témoigne de la forte complémentarité entre les caractérisations microstructurales de microscopie électronique et de diffraction des rayons X, nécessaires à l'interprétation des résultats des essais de traction in situ, notamment en termes de modélisation. Il a ainsi pu être mis en évidence le caractère dispersoïde des fines couches de cuivre déposées et ainsi qu'une répartition particulière des orientations préférentielles au sein des couches de tungstène, <110> et <111>. Les résultats obtenus sur composites W/Cu à dispersoïdes quasi-isotrope de cuivre et lamellaires ont très clairement révélé un effet de structure et de taille sur les sous-couches de tungstène. Une étude plus approfondie du domaine élastique au sein de composites lamellaires a non seulement révélé que son étendue présentait une forte dépendance aux contraintes résiduelles, mais aussi que l'apparition des dislocations au sein des couches de cuivre entraînait un transfert de charge vers les couches de tungstène, conduisant à la fissuration en mode II.

|< << 1 >> >| thèses par page

Haut de page


  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous.

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
these@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales