Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de thèse > Péret Jacques

Péret Jacques

Les thèses encadrées par "Péret Jacques"

Pour être informé de la mise en ligne des nouvelles thèses correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    confidentialité
2 ressources ont été trouvées. Voici les résultats 1 à 2
Tri :   Date Auteur Titre thèses par page
  • L'honneur du soldat. La discipline militaire en débat dans la France des lumières (ca. 1748 – ca. 1789)    - Guinier Arnaud  -  03 décembre 2012

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    L'armée française de la seconde moitié du XVIIIe siècle constitue le cadre d'un vaste travail de réforme disciplinaire. Face à l'émergence d'un nouveau modèle prussien, dès la guerre de Succession d'Autriche, se pose en effet la question de l'amélioration des capacités manœuvrières et tactiques des troupes, ce qui conduit, à partir des années 1750, au renforcement des exigences en matière de formation et d'exercice du soldat. Les défaites de la guerre de Sept ans favorisent l'accélération et l'élargissement de ce travail qui touche désormais à l'organisation de la hiérarchie, comme à la question de la justice militaire. L'ensemble de l'économie disciplinaire est ainsi repensé, avec pour objectif la recherche d'une obéissance passive et la production de « corps dociles ». Cette évolution suscite néanmoins de nombreuses critiques et réflexions chez les officiers, qui prennent alors la plume pour présenter leurs propres projets de réforme au département de la Guerre et, de plus en plus, au public. De leurs mémoires émerge peu à peu une conception nouvelle de la discipline, où efficacité tactique et adhésion morale de la part du soldat sont progressivement conciliées. A l'idéal de production d'automates succède ainsi celui d'une discipline conçue comme une éducation à part entière, où l'honneur doit remplacer le rôle de la contrainte physique.

  • Chateauroux au XVIIIème siècle : ressorts et mutations d'une société urbaine    - Baudry Brulet Eliane  -  15 janvier 2007

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Châteauroux fait partie des villes moyennes du royaume avec un peu plus de 8. 000 habitants à la fin du XVIIIème siècle. Elle fait figure de capitale en son "pays" par tous les services qu'elle propose aux populations environnantes. Châteauroux est aux portes de la Champagne Berrichonne, région de terres calcaires caillouteuses peu favorables à la culture des céréales mais par contre, idéales pour les moutons. Ces cheptels sont une manne financière pour les riches castelroussins en recherche de placements rémunérateurs. Châteauroux connaît un accroissement de sa population dans les années 1740 entraînant un boom économique qui dynamise la ville. La société castelroussine va s'en trouver bouleversée, certains artisans s'enrichissant au point de devenir marchands. Ces derniers s'occupent du commerce de la laine et de la draperie, deux secteurs phares de l'activité économique de la ville. Les nobles, officiers, clercs, bourgeois et marchands s'enrichissent tout au long du siècle, en revanche les rôles de tailles nous font percevoir la stagnation des bas revenus pour la majorité des Castelroussins accentuant les écarts sociaux. Les maisons restent les mêmes sans grande spécialisation des pièces, par contre la culture matérielle évolue pour toutes les catégories socio-professionnelles.

|< << 1 >> >| thèses par page

Haut de page


  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous.

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
these@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales