Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de thèse > Paillard Michel

Paillard Michel

Les thèses encadrées par "Paillard Michel"

Pour être informé de la mise en ligne des nouvelles thèses correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    confidentialité
4 ressources ont été trouvées. Voici les résultats 1 à 4
Tri :   Date Auteur Titre thèses par page
  • Stéréotypes et variation sémantique dans un corpus de presse sportive en anglais et en français    - Vanoudheusden Romain  -  29 novembre 2010

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    A l'aide d'un corpus composé d'articles collectés dans les rubriques " Sport " de la presse généraliste et spécialisée britannique et française, nous cherchons à démontrer qu'il existe une convention stylistique fondamentale à l'écriture journalistique sportive et analysons les implications particulières que ces conventions stylistiques ont sur la structure linguistique de ce discours. A première vue, avec entre autres, des défigements, des jeux de mots, des tropes, etc. le discours journalistique sportif (DJS) semble être, à l'instar des discours littéraires, un lieu de mise en fonctionnement de la créativité linguistique et de l'utilisation de références culturelles. Pourtant nous montrons que le DJS est extrêmement structuré tant au niveau stylistique qu'au niveau lexical et syntaxique, à tel point qu'il est en fait stéréotypé

  • La catégorisation en Luganda par rapport à l'anglais et au français : le cas des deverbaux agentifs    - Sebuyungo Enoch  -  19 novembre 2010

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Cette thèse, qui se situe dans la perspective théorique de la formation des mots, examine le fonctionnement du luganda, langue bantoue de l'Afrique de l'est, par rapport à l'anglais et au français dans le domaine de la catégorisation grammaticale et sémantique. Elle examine l'identification des noms et des verbes et explore les processus de transposition verbo-nominale dans la langue luganda. A l'aide d'un corpus journalistique électronique tiré d'un quotidien en luganda, la recherche analyse plus particulièrement la formation des déverbaux agentifs et les paradigmes morphologiques de suffixation qui lui sont associés. Les descriptions des catégories grammaticales et de la morphologie dérivationnelle, qui se basent en grande partie sur les langues indo-européennes, sont réexaminées dans le cadre de l'application faible de l'hypothèse lexicaliste afin de vérifier si elles sont applicables ou non aux langues bantoues

  • Découpage morphologique en créole : du statut des séquénces "la, lí, lè, lé" + nom dans les créoles guadeloupéen et martiniquais    - Colot Serge  -  15 janvier 2004

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les créoles à base française présentent nombre d'associations " déterminant possessif ou défini + nom ", héritées du français. Celles-ci sont regardées comme des unités de langue, suite à un phénomène dit d'agglutination, privant le déterminant de sa valeur. Si cette analyse peut s'appliquer aux suites déterminant possessif + nom, en étant toutefois nuancée, elle semble insuffisante s'agissant des suites déterminant défini + nom, dont le nombre, la forme et la valeur varient significativement d'un créole à l'autre. Une étude approfondie des créoles guadeloupéen et martiniquais montre que s'il y a bien des cas d'agglutination, les suites déterminant défini + nom sont souvent non agglutinées : le déterminant défini français antéposé a , dans certaines configurations, gardé son statut, notamment en créole guadeloupéen, où il survient toujours dans un contexte générique, par opposition au déterminant défini postposé créole qui se manifeste toujours dans un contexte spécifique.

  • L' assimilation morpho-phonologique des xénismes français en anglais et son traitement lexicographique    - Bejta Bekim  -  15 janvier 2002

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Ce travail explore la manière dont les emprunts français s'assimilent à différents niveaux de la structure linguistique de l'anglais. Le problème de délimitation des frontières entre un emprunt et un xénisme comporte différents aspects. Une forme peut se comporter comme un emprunt naturalisé à un niveau linguistique et comme un xénisme à un autre. En outre, un emprunt linguistiquement non-assimilé peut, avec le temps, être considéré comme un emprunt naturalisé dans la langue d'accueil tout en gardant par exemple, la marque du pluriel ou l'accent de la langue de départ. Ces paramètres nous ont amené à étudier séparément le degré de l'assimilation des xénismes français à différents niveaux linguistiques. Les emprunts non-assimilés connaissent un emploi restreint dans la langue cible. On peut, cependant, affirmer qu'un nombre assez important de ces emprunts fournissent de nouveaux mots par motivation morpho-sémantique. Ce travail analyse de nombreux items dérivés des xénismes français, par préfixation, suffixation, composition, troncation et par d'autres processus de formation de mots. Ces processus peuvent influencer les niveaux élémentaires d'une langue telles que la prononciation, l'orthographe et la sémantique.

|< << 1 >> >| thèses par page

Haut de page


  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous.

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
these@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales