Vous êtes ici : Accueil > Années de soutenance > 2000

2000

Les thèses soutenues en 2000

Pour être informé de la mise en ligne des nouvelles thèses correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    confidentialité
2 ressources ont été trouvées. Voici les résultats 1 à 2
Tri :   Date Auteur Titre thèses par page
  • "Hors toute intimidation" : Panurge ou la parole singulière    - Marrache-Gouraud Myriam  -  04 décembre 2000

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Panurge, le moins estimé des personnages rabelaisiens, est souvent traité comme le faire-valoir du géant Pantagruel. Rabelais le fait cependant apparaître très fréquemment, et sous des traits si variés et si importants pour l'intrigue qu'il paraît réducteur de ne voir en Panurge qu'un actant de second ordre. Élément complexe de la trame romanesque, Panurge étonne tout d'abord par ses paroles atypiques, dont nous dégagerons les principales caractéristiques en les comparant à celles des autres personnages. Ces discours, où se rencontrent des langues de toutes origines, des pièces poétiques, des pastiches et des mélanges déconcertants, défient tous les classements. Son boniment éclectique semble alors tout proche de celui d'un narrateur. Les paroles de Panurge provoquent d'une autre manière lorsqu'elles décodent des signes (linguistiques ou non). Ses audaces interprétatives témoignent d'une habilité autant que d'une méthode inédites. La singularité du personnage tient à cette insolence herméneutique qui multiplie les gloses : elle s'engage toujours "au rebours" des attentes et des convenances sémiotiques dont elle ne peut se satisfaire. L'excentricité se mesure enfin aux actions de ce personnage paradoxal : situées entre les fourberies du gueux littéraire et les fredaines du fou de cour, elles surprennent et se dérobent aux catégories. A ce titre elles confirment le ton des discours. Leur fonction avive celle de la parole : "excuse" de Rabelais, Panurge a le rôle essentiel de permettre à son auteur d'esquiver les attaques de la censure. Toujours innocente, et pourtant très corrosive, cette voix de fiction semble reproduire dans le roman les fonctions qui sont celles de la carte du Mat dans le jeu de tarot.

  • Activation des codes orthographiques et phonologiques dans la reconnaissance visuelle du mot : étude en français de la structure de la représentation assemblée en constituants consonnes et voyelles    - Ndinkabandi Enéas  -  15 janvier 2000

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    La controverse sur la nature rapide, automatique, fiable et générale du processus d'assemblage phonologique est le point de départ de la proposition par Berent et Perfetti (1995) du modèle à deux cycles d'assemblage phonologique. Le principal mérite de ce modèle fut de considérer, que dans la reconnaissance visuelle d'un mot, les constituants consonnes et voyelles de la représentation assemblée sont dérivés en deux cycles qui diffèrent en vitesse et automaticité. Le premier cycle rapide et automatique assemble les consonnes et serait indifférent aux effets de régularité graphophonologique et de fréquence lexicale. Le deuxième cycle lent et contrôlé rajoute l'information concernant les voyelles, et l'on voit alors émerger les effets de régularité graphophonologique et de fréquence lexicale. Les recherches présentées dans cette thèse ont testé en français la structure de la représentation assemblée en constituants consonnes et voyelles. Dans le choix des mots cibles, les principales variables manipulées sont l'irrégularité graphophonologique des voyelles ou des consonnes ainsi que leur complexité graphémique. Les résultats des expériences 1 et 2 ont largement démontré qu'il y a au premier cycle, un avantage pour l'amorçage et le rétablissement de l'information dérivée des consonnes sur l'information dérivée des voyelles. Cet avantage des consonnes sur les voyelles disparaît au deuxième cycle, pendant lequel on voit aussi émerger des effets significatifs d'homophonie. Cependant, les expériences 3 et 4 font constater que ces résultats peuvent subir l'influence de l'irrégulérité des consonnes ou de leur complexité graphémique. Dans l'ensemble, les résultats permettent de penser que l'assemblage des consonnes et des voyelles a lieu en deux temps successifs, différents en vitesse et automaticité. Toutefois, le test en français de ce modèle nécessite d'être approfondi en suivant notamment les orientations suggérées dans notre conclusion générale.

|< << 1 >> >| thèses par page

Haut de page


  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous.

 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
these@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales