Vous êtes ici : Accueil > Directeurs de thèse > Hélou Nada

Hélou Nada

Les thèses encadrées par "Hélou Nada"

Pour être informé de la mise en ligne des nouvelles thèses correspondant à la recherche effectuée, abonnez-vous au flux RSS : rss

accès internet    accès intranet    confidentialité
1 ressource a été trouvée.
  • Les images presbytérales des églises du Liban à la lumière de la liturgie eucharistique : les théophanies aux XIIe-XIIIe siècles    - Nasr Rafca  -  19 novembre 2016

    Voir le résumé
    Voir le résumé
    Les peintures médiévales du Liban n'ont jamais été abordées dans une perspective liturgique. Étant donné que ce domaine augure une piste d'analyse pertinente, nous avons opté d'explorer ces programmes picturaux de point de vu de la pratique rituelle, notamment ceux qui possèdent dans leur abside une théophanie-Déisis (le Christ trônant entre la Vierge et saint Jean-Baptiste). Nous avons ainsi développé l'hypothèse d'une corrélation entre ce thème presbytéral et la liturgie eucharistique célébrée sur l'autel majeur qui se trouve aux pieds de ces compostions. La lecture eucharistique de la théophanie avec ou sans les intercesseurs suppose que l'image matérialise la présence du Christ, des anges et des saints dans l'église au moment de la consécration et assure l'ascension du clergé et des fidèles vers les réalités supérieures et invisibles. Présence évoquée expressément par la préface de l'anaphore et affirmée par la tradition patristique. Cette lecture qui inscrit la théophanie dans la perspective des temps présents permet de la situer dans la pratique quotidienne de la divine Liturgie. De ce fait, l'intercession de la Vierge et du Baptiste se rattache à la temporalité de la liturgie et non pas à l'eschatologie, comme il a été généralement établi par les historiens de l'art. L'approche liturgique des peintures et leurs emplacements ont conduit à des conclusions en matière d'architecture. Nous avons ainsi déterminé la fonction des églises à double vaisseau : le vaisseau nord avec son abside à peinture et son autel aurait servi au rite de la préparation du pain et du vin, et ce, avant leur déplacement vers l'autel principal (sud). C'est sur ce dernier autel qu'aura lieu le sacrifice proprement dit. Nous avons pu de même définir d'après le patriarche Étienne Douaihy (historien et théologien maronite du XVIIe siècle) le rôle de la petite lucarne percée presque systématiquement dans le mur oriental : elle est ordonnée par les Pères pour symboliser la lumière divine, car Dieu « est le Père des lumières». Nous fondant ainsi sur les écrits des liturgistes et des théologiens, nous avons pu réinterpréter la signification liturgique non seulement des compositions figurées dans les églises du Liban mais aussi du monde chrétien en général.

|< << 1 >> >|

Haut de page


  • Avec le service Ubib.fr, posez votre question par chat à un bibliothécaire dans la fenêtre ci-dessous.

 
 

Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - 86034 POITIERS Cedex - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
these@support.univ-poitiers.fr - Crédits et mentions légales